Détails sur la légitimité des dirigeants (Partie 2)

1018
0
Partager:

La question de l’obéissance aux Wulaat ul-Amr (ولاة الأمر Chefs d’autorité) est très controversée depuis la chute de l’État islamique. L’Occident est venu régner sur les pays musulmans et a nommé à leur tête des tyrans qui ont rempli la terre d’injustice et d’oppression. Ils ont jeté les bases d’un régime oppressif sur notre Oumma, qui l’a ramenée à la première ère de la Jahiliya.

Ce qui est le plus étrange dans cette situation misérable, c’est que la Oumma et ses porteurs de Da’wa sont confrontés à un groupe de musulmans, qui portent les vêtements des oulémas et assument leurs noms, qui réprimandent la Oumma fouettée et non pas ceux qui la fouettent. Ils exigent que la Oumma soit patiente, obéissante et qu’elle accepte l’agression, la domination par le Kufr et les coups de fouet dans le dos, tant que celui qui donne les coups de fouet est le chef de l’autorité ! C’est comme si la domination oppressive n’était pas complète jusqu’à ce que ce groupe vienne renforcer ses forces et sécuriser ses racines.

Ici, le point important, qui mérite notre attention, est que nous sommes la Oumma des textes et des narrations. Par conséquent, il n’est pas judicieux que la première réponse à ce postulat soit de discréditer ses partisans en exposant leurs relations suspectes avec les dirigeants, avant de réfuter de manière complète et exhaustive leurs opinions douteuses sur le plan juridique. La plupart de ceux qui suivent cette opinion le font par respect pour les textes, même si cela va à l’encontre de leurs désirs et de leur propre intérêt. C’est pourquoi il est erroné de s’attaquer à eux sans étudier les textes et sans en dégager le sens. Sinon, l’attaque serait en faveur du Shubha (doute), car il apparaîtrait comme plus conforme à la noble Révélation que nous. Il semblerait alors que nous soyons des personnes abhorrées qui préfèrent le raisonnement humain au Dalîl (دليل Preuve Divine) !

Dans l’article précédent, nous avons présenté certains des textes divins proposés par ces personnes. Nous avons donc expliqué leur erreur totale dans la compréhension de la réalité sur laquelle ces textes sont révélés, le Tahqeeq ul Manaat (تحقيق المناط Investigation des objets). Dans cet article, nous verrons leur erreur complète dans la combinaison des textes divins au niveau du sujet et dans ses études.

Les érudits du gouvernement et les sheikhs ignorants ont réussi à créer une grande confusion parmi les masses musulmanes en ce qui concerne les règles de la Charia relatives au dirigeant, c’est-à-dire à l’Ameer ou au gouverneur. Ils ont amené les gens à penser qu’il est obligatoire d’obéir au dirigeant kafir ou au dirigeant qui gouverne en dehors de ce qu’Allah (swt) a révélé. Certains d’entre eux ont même pensé qu’une telle obéissance criminelle peut conduire à se rapprocher d’Allah (swt) ! Par conséquent, la question est liée à l’obéissance des Wulattul Amr (« chefs d’autorité »).

Tout d’abord, la compréhension de la Charia relative à l’obéissance découle de la croyance profondément enracinée selon laquelle l’obéissance est due comme il se doit à Allah (swt). Par conséquent, la base de l’obéissance dans ce sens est l’obéissance à Allah (swt). L’obéissance à Allah (swt) consiste à obéir à ce qui a été ordonné ou autorisé à obéir ; cependant, toutes les obéissances qui consistent à lui désobéir sont des péchés interdits. Par conséquent, il n’est pas obligatoire d’obéir à l’homme, de se conformer à ses ordres et de s’abstenir de ses interdictions, sauf s’il existe une preuve divine. Par exemple, il est obligatoire pour une femme d’obéir à son mari, non pas en raison de sa personnalité, mais en raison de la nature du mariage. Il n’est pas obligatoire pour elle de lui obéir lorsque cette description cesse d’exister par la Khula’a ou le Talaq (طلاق Divorce). Il devient alors une autre personne, de sorte qu’il n’est pas obéi.

L’obéissance au chef de la Oumma et à ses dirigeants dans l’État est obligatoire, à condition ou en raison de sa description et non en raison de sa personnalité. Lorsque la condition est perdue ou que la description est enlevée, il n’est pas obligatoire de lui obéir. L’adhésion (موالاة) à lui est obligatoire, avec la condition et la description. S’ils sont absents, l’adhésion à lui est interdite et son autorité est perdue. Par conséquent, l’obéissance est pour le bien de l’obéissance, c’est-à-dire que notre obéissance à leur égard est due à leur obéissance à Allah (swt) et à Son Messager (saw) ; autrement, il n’y aura pas d’obéissance. Dans ce contexte, nous devrions comprendre tous les textes divins relatifs à l’obéissance à la lumière de cette compréhension ferme et cohérente.

RasulAllah (saw) envoya une armée et nomma un homme d’Ansar (Abdullah ibn Hudafa ibn Qais ibn Adiy) comme commandant. Lorsqu’ils se mirent en route, il trouva quelque chose de détestable chez eux et leur dit : « N’est-ce pas le Messager d’Allah (saw) qui vous a ordonné de m’obéir ? » Ils répondirent : « Oui ». Il dit : « Ramassez-moi le bois », puis il demanda d’y allumer le feu. Il dit ensuite : « Je vous ordonne certainement d’y entrer. » Les gens hésitèrent à entrer. Un jeune homme parmi eux leur dit : « Fuyez le feu vers le Messager d’Allah (saw) et ne vous arrêtez pas avant d’avoir rencontré le Messager d’Allah (saw) et s’il vous ordonne d’y entrer, alors entrez-y. » Ils retournèrent donc auprès du Messager d’Allah (saw) et l’informèrent. Le Messager d’Allah (saw) leur dit :

لَوْ دَخَلْتُمُوهَا مَا خَرَجْتُمْ مِنْهَا أَبَدًا إِنَّمَا الطَّاعَةُ فِي الْمَعْرُوفِ

« S’ils y étaient entrés (le feu), ils n’en seraient jamais sortis, car l’obéissance n’est que dans le bien. » [Ahmad]

Dans une autre narration, il a été rapporté que RasulAllah (saw) leur a également dit :

لَا طَاعَةَ فِي مَعْصِيَةِ اللَّهِ

« Il n’y a pas d’obéissance à la création dans la Ma’siyyah (معصية désobéissance) d’Allah. » [Muslim]

Il a été rapporté dans Ibn Majah et Ahmad avec une narration saine comme :

مَنْ أَمَرَكُمْ مِنْهُمْ بِمَعْصِيَةِ اللَّهِ فَلَا تُطِيعُوهُ

« Quiconque parmi vous vous ordonne la Ma’siyyah (معصية désobéissance) d’Allah, ne lui obéissez pas. »

Plus d’un Mufassireen (commentateurs du Coran), dont Ibn Kathir et Qurtubi, ont mentionné ce hadith dans le tafsir du verset :

وَأُوْلِي ٱلۡأَمۡرِ مِنكُمۡ

« (Obéir) aux dirigeants parmi vous » [Sourate an-Nisa’a 4:59].

Et ils ont utilisé ce hadith comme preuve pour restreindre l’obéissance à ce qui est bon. Il est rapporté dans Sahih Bukhari que RasulAllah (saw) a dit :

السَّمْعُ وَالطَّاعَةُ حَقٌّ مَا لَمْ يُؤْمَرْ بِالْمَعْصِيَةِ فَإِذَا أُمِرَ بِمَعْصِيَةٍ فَلاَ سَمْعَ وَلاَ طَاعَةَ

« (Il est obligatoire pour quelqu’un) d’écouter et d’obéir (au dirigeant) tant qu’il n’ordonne pas la Ma’siyyah (معصية Désobéissance) (d’Allah), mais s’il ordonne la Ma’siyyah ( معصية Désobéissance) (d’Allah), il n’y a pas lieu d’écouter et d’obéir. »

Il est rapporté dans Sahih Bukhari que le Messager d’Allah (saw) a dit :

عَلَى الْمَرْءِ الْمُسْلِمِ السَّمْعُ وَالطَّاعَةُ فِيمَا أَحَبَّ وَكَرِهَ إِلَّا أَنْ يُؤْمَرَ بِمَعْصِيَةٍ، فَإِنْ أُمِرَ بِمَعْصِيَةٍ فَلَا سَمْعَ وَلَا طَاعَةَ

« Il est obligatoire pour le musulman d’écouter (le chef) et de lui obéir, qu’il le veuille ou non, sauf si on lui ordonne la Ma’siyyah (معصية désobéissance). S’il est ordonné dans la Ma’siyyah ( معصية Désobéissance), il n’y a ni écoute ni obéissance. »

A la lumière de ce principe, nous comprenons les textes divins relatifs à l’obéissance et nous rejetons le Mutashabih (متشابه Imprécis, de plus d’un sens possible) de celle-ci au Muhkam fermement établi (محكم Précis, d’un seul sens possible).

Voyons maintenant la principale preuve liée à ce sujet dans le Livre d’Allah. Allah (swt) a dit :

يَٰٓأَيُّهَا ٱلَّذِينَ ءَامَنُوٓاْ أَطِيعُواْ ٱللَّهَ وَأَطِيعُواْ ٱلرَّسُولَ وَأُوْلِي ٱلۡأَمۡرِ مِنكُمۡۖ فَإِن تَنَٰزَعۡتُمۡ فِي شَيۡءٖ فَرُدُّوهُ إِلَى ٱللَّهِ وَٱلرَّسُولِ إِن كُنتُمۡ تُؤۡمِنُونَ بِٱللَّهِ وَٱلۡيَوۡمِ ٱلۡأٓخِرِۚ ذَٰلِكَ خَيۡرٞ وَأَحۡسَنُ تَأۡوِيلًا

« Ô les croyants ! Obéissez à Allah, et obéissez au Messager et à ceux d’entre vous qui détiennent le commandement. Puis, si vous vous disputez en quoi que ce soit, renvoyez-le à Allah et au Messager, si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Ce sera bien mieux et de meilleure interprétation (et aboutissement). » [Sourate an-Nisa 4:59]

Ce qu’il faut noter, c’est le verset qui mentionne l’obéissance à Allah (swt) sans association (مقرونةMaqroonah) et sans restriction (مقيدةMuqayyadah), car c’est Allah (swt) Seul qui ordonne tout. Le verset mentionne également l’obéissance à RasulAllah (saw) sans association (مقرونةMaqroonah) et sans restriction (مقيدةMuqayyadah) car RasulAllah (saw) est celui qui délivre de son Seigneur Allah et il est inconcevable qu’il (saw) ordonne sans obéir à Allah (swt). Quant à l’obéissance aux détenteurs de l’autorité, elle n’est pas mentionnée comme une expression isolée (مفردةMufardah) mais n’est comprise qu’en conjonction (عطفAtaf). Les détenteurs de l’autorité ne sont donc pas isolés en termes de commandement à l’obéissance, contrairement à Allah (swt) et à RasulAllah (saw). Cela indique que les détenteurs de l’autorité qui doivent être obéis sont seulement ceux qui obéissent à Allah (swt) et à RasulAllah (saw) dans les domaines de leur autorité, en particulier en prenant soin des affaires mondaines selon l’Islam, c’est-à-dire en gouvernant par la Charia dans les affaires de la vie des gens. Sinon, il n’est pas permis de leur obéir et il n’est pas convenable qu’ils aient de l’autorité, ni dans le mal ni dans le bien. Comme le dit Alusi dans son Esprit des significations (روح المعانيRuh ul-Ma’aanee), « Le verbe (obéir) est répété de telle sorte que l’obéissance au Rasool est conjuguée (مقترنةMuqtarnah) à l’obéissance à Allah, en ce qui concerne son affaire (saw). Il est absolument inconcevable qu’il ne se conforme pas à tout ce qui est dans le noble Coran. Cela signifie que l’obéissance à RasulAllah (saw) est si indépendante/autonome (استقلالًاIstaqlalan) qu’elle n’est affirmée pour personne d’autre que lui (saw). Puis le verbe « obéir » n’est pas répété dans Sa parole.

وَأُوْلِي ٱلۡأَمۡرِ مِنكُم

« les chefs d’autorité parmi vous » [Sourate an-Nisa 4:59]

ce qui signifie que l’obéissance à eux n’est pas indépendante (استقلال Istiqlal), comme l’indépendance de l’obéissance à RasulAllah (saw). Par conséquent, l’obéissance à l’autorité est dépendante (تابعةTaabi’ah) de l’obéissance à Allah et à Son Messager (saw) et elle n’est pas indépendante. Quant à l’obéissance dans le péché, les gens de science sont d’accord pour dire que l’obéissance dans le péché n’est pas permise, comme l’a mentionné Nawawi dans le Sharh (explication du) Sahih Muslim ».

On peut encore clarifier cela en disant que si une autorité supérieure dit : « Obéissez à l’autorité inférieure à moins qu’elle ne vous ordonne de me désobéir », il s’agit alors de la réalité de l’autorité (الأمر). Cependant, si vous dites « obéissez-moi en me désobéissant », alors que vous êtes simultanément en autorité sur cette question, alors c’est impossible. Lorsque l’autorité est la plus haute de toutes, c’est-à-dire celle d’Allah (swt), l’impossibilité est encore plus grande et plus terrible. Ensuite, le verset ordonne de se référer à la législation du discours d’Allah (swt) et de RasulAllah (saw) en cas de désaccord. Il n’ordonne en aucun cas de se référer à la législation issue du discours des détenteurs de l’autorité. Cela suffit à indiquer que l’obéissance à l’autorité est limitée aux deux nobles révélations, à savoir le Coran et la Sunna. Ce qu’il faut noter, c’est que le noble verset ne laisse aucune possibilité aux gens désireux et aux savants du gouvernement d’interpréter le verset de manière à attribuer un caractère sacré aux chefs de l’autorité, c’est-à-dire qu’ils ordonnent à la Oumma de leur obéir dans la Ma’siyyah (معصية Désobéissance) d’Allah (swt). Ce verset est directement suivi par l’adresse coranique, dans un autre verset, qui parle des tyrans, de l’interdiction de leur obéir et de l’interdiction de se référer à leurs systèmes. Ensuite, la question dans son ensemble est renvoyée à Allah (swt) et à Son Messager (saw), de sorte que la loyauté et l’orientation dans leur ensemble sont dirigées vers Allah (swt). Allah (swt) a dit après ce verset :

أَلَمۡ تَرَ إِلَى ٱلَّذِينَ يَزۡعُمُونَ أَنَّهُمۡ ءَامَنُواْ بِمَآ أُنزِلَ إِلَيۡكَ وَمَآ أُنزِلَ مِن قَبۡلِكَ يُرِيدُونَ أَن يَتَحَاكَمُوٓاْ إِلَى ٱلطَّٰغُوتِ وَقَدۡ أُمِرُوٓاْ أَن يَكۡفُرُواْ بِهِۦۖ وَيُرِيدُ ٱلشَّيۡطَٰنُ أَن يُضِلَّهُمۡ ضَلَٰلَۢا بَعِيدٗا ٦٠ وَإِذَا قِيلَ لَهُمۡ تَعَالَوۡاْ إِلَىٰ مَآ أَنزَلَ ٱللَّهُ وَإِلَى ٱلرَّسُولِ رَأَيۡتَ ٱلۡمُنَٰفِقِينَ يَصُدُّونَ عَنكَ صُدُودٗا ٦١ فَكَيۡفَ إِذَآ أَصَٰبَتۡهُم مُّصِيبَةُۢ بِمَا قَدَّمَتۡ أَيۡدِيهِمۡ ثُمَّ جَآءُوكَ يَحۡلِفُونَ بِٱللَّهِ إِنۡ أَرَدۡنَآ إِلَّآ إِحۡسَٰنٗا وَتَوۡفِيقًا ٦٢ أُوْلَٰٓئِكَ ٱلَّذِينَ يَعۡلَمُ ٱللَّهُ مَا فِي قُلُوبِهِمۡ فَأَعۡرِضۡ عَنۡهُمۡ وَعِظۡهُمۡ وَقُل لَّهُمۡ فِيٓ أَنفُسِهِمۡ قَوۡلَۢا بَلِيغٗا ٦٣ وَمَآ أَرۡسَلۡنَا مِن رَّسُولٍ إِلَّا لِيُطَاعَ بِإِذۡنِ ٱللَّهِۚ وَلَوۡ أَنَّهُمۡ إِذ ظَّلَمُوٓاْ أَنفُسَهُمۡ جَآءُوكَ فَٱسۡتَغۡفَرُواْ ٱللَّهَ وَٱسۡتَغۡفَرَ لَهُمُ ٱلرَّسُولُ لَوَجَدُواْ ٱللَّهَ تَوَّابٗا رَّحِيمٗا ٦٤ فَلَا وَرَبِّكَ لَا يُؤۡمِنُونَ حَتَّىٰ يُحَكِّمُوكَ فِيمَا شَجَرَ بَيۡنَهُمۡ ثُمَّ لَا يَجِدُواْ فِيٓ أَنفُسِهِمۡ حَرَجٗا مِّمَّا قَضَيۡتَ وَيُسَلِّمُواْ تَسۡلِيمٗا ٦٥

« N’as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu’on a fait descendre vers toi [prophète] et à ce qu’on a fait descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghût, alors que c’est en lui qu’on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l’égarement. Et lorsqu’on leur dit: « Venez vers ce qu’Allah a fait descendre et vers le Messager », tu vois les hypocrites s’écarter loin de toi. Comment (agiront-ils) quand un malheur les atteindra, à cause de ce qu’ils ont préparé de leurs propres mains ? Puis ils viendront alors près de toi, jurant par Allah: « Nous n’avons voulu que le bien et la réconciliation. » Voilà ceux dont Allah sait ce qu’ils ont dans leurs cœurs. Ne leur tiens donc pas rigueur, exhorte-les, et dis-leur sur eux-mêmes des paroles convaincantes. Nous n’avons envoyé de Messager que pour qu’il soit obéi par la permission d’Allah. Si, lorsqu’ils ont fait du tort à leurs propres personnes ils venaient à toi en implorant le pardon d’Allah et si le Messager demandait le pardon pour eux, ils trouveraient, certes, Allah, Très Accueillant au repentir, Miséricordieux. Non ! Par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement [à ta sentence]. » [Sourate an-Nisa 4:60-65]

Se référer à Allah (swt) et à Son Messager (saw), c’est se référer à l’autorité qui émet une législation basée sur ces deux éléments. C’est la seule référence qui mettra fin au désaccord, comme l’indique le verset, car le fait de ne pas nommer l’autorité, dont la législation dans leurs affaires doit être respectée par tous, fera en sorte que le désaccord entre le dirigeant et la Oumma persistera. Chacun s’appuie sur les preuves de la Charia qui soutiennent ce à quoi il parvient en comprenant ces deux types de preuves de son point de vue. Cela ne ferait qu’affaiblir le verset qui ordonne de se référer à Allah (swt) et à Son Messager (saw) pour mettre fin au désaccord. Par conséquent, la désignation de l’autorité est obligatoire, afin que les deux parties en conflit s’y réfèrent et se conforment à sa législation. Il est connu que l’autorité qui émet la législation pour un tel désaccord dans l’État islamique est Wilayatul Mudhaalim (ولاية المظالم Autorité des actes injustes) ou Qudaa’ul Mudhaalim (قضاء المظالم Cour des actes injustes). C’est la situation qui prévaut lorsque l’État islamique est présent. Lorsqu’il n’y a pas d’État islamique, on se réfère alors aux Oulémas et aux juristes de la Oumma, comme le mentionne la Sunna authentique et explicite qui confirme le principe (de l’interdiction d’obéir en désobéissant à Allah), comme le mentionne Abdullah ibn Mas’ud (ra) qui a rapporté que RasulAllah (saw) a dit :

سَيَلِي أُمُورَكُمْ بَعْدِي رِجَالٌ يُطْفِئُونَ السُّنَّةَ وَيَعْمَلُونَ بِالْبِدْعَةِ وَيُؤَخِّرُونَ الصَّلاَةَ عَنْ مَوَاقِيتِهَا ‏ فَقُلْتُ يَا رَسُولَ اللَّهِ إِنْ أَدْرَكْتُهُمْ كَيْفَ أَفْعَلُ قَالَ‏تَسْأَلُنِي يَا ابْنَ أُمِّ عَبْدٍ كَيْفَ تَفْعَلُ لاَ طَاعَةَ لِمَنْ عَصَى اللَّهَ 

« Parmi ceux qui vous dirigeront, après mon départ, il y aura des hommes qui éteindront la Sunna et suivront l’innovation. Ils retarderont la prière par rapport à son heure. J’ai dit : « Ô Messager d’Allah, si je vis pour les voir, que dois-je faire ? » Il répondit : « Tu me demandes, ô Ibn ‘Abd, ce que tu dois faire ? Il n’y a pas d’obéissance pour celui qui désobéit à Allah ».

Ceci a été rapporté par Ibn Majah. Les paroles du hadith ci-dessus sont accompagnées d’une chaîne solide (جيد حسن). La Sunna ne se contente pas de souligner l’interdiction de l’obéissance dans le péché, mais elle supprime également la légitimité des dirigeants qui suivent autre chose que la Charia d’Allah (swt), car elle mentionne, sans laisser de place à l’interprétation, la façon de traiter légitimement avec des gens comme eux. RasulAllah (saw) a dit :

ستكونَ عليكمْ أمُرَاءُ منْ بعدِي، يأمرونَكمْ بما لا تَعرِفُونْ، ويعمَلُون بما تُنْكرُونَ، فليسَ أولئكِ عليكمْ بأئمةٍ

« Il y aura des dirigeants sur vous, après que je serai parti. Ils vous ordonneront ce que vous désapprouvez (c’est-à-dire le mal) et ils vous interdiront ce que vous approuvez (c’est-à-dire le bien) ; ils ne seront donc pas des dirigeants sur vous ».

(c’est-à-dire qu’ils sont illégitimes, ce qui signifie qu’ils sont des tyrans et qu’il n’y a pas d’obéissance à leur égard. Ils s’appliquent plutôt aux hadiths sur la façon de traiter les tyrans). [Raconté par Ubada ibn Samit, le rapporteur du hadith est Suyuthi, la source est Al-Jamiu as-Sagheer, et la catégorie du hadith est Hasan]. RasulAllah (saw) a dit :

سيلي أموركم من بعدي رجال يعرفونكم ما تنكرون، وينكرون عليكم ما تعرفون، فمن أدرك ذلك منكم فلا طاعة لمن عصى الله عز وجل

« Parmi ceux qui vous gouverneront après mon départ, il y aura des hommes qui vous ordonneront ce que vous désapprouvez (le mal) et qui vous interdiront ce que vous approuvez (le bien). Quiconque parmi vous vit assez longtemps pour les connaître, il n’y a pas d’obéissance à ceux qui désobéissent à Allah azza wa jall »

[Rapporté par Ubada ibn Samit, le rapporteur du hadith est Suyuthi, la source est Al-Jamiu as-Sagheer, et la catégorie du hadith est Sahih]. Jabir ibn Abdullah a raconté que RasulAllah (saw) a dit à Ka’b ibn Ujra :

أَعَاذَكَ اللَّهُ مِنْ إِمَارَةِ السُّفَهَاءِ قَالَ وَمَا إِمَارَةُ السُّفَهَاءِ قَالَ أُمَرَاءُ يَكُونُونَ بَعْدِي لَا يَقْتَدُونَ بِهَدْيِي وَلَا يَسْتَنُّونَ بِسُنَّتِي فَمَنْ صَدَّقَهُمْ بِكَذِبِهِمْ وَأَعَانَهُمْ عَلَى ظُلْمِهِمْ فَأُولَئِكَ لَيْسُوا مِنِّي وَلَسْتُ مِنْهُمْ وَلَا يَرِدُوا عَلَيَّ حَوْضِي وَمَنْ لَمْ يُصَدِّقْهُمْ بِكَذِبِهِمْ وَلَمْ يُعِنْهُمْ عَلَى ظُلْمِهِمْ فَأُولَئِكَ مِنِّي وَأَنَا مِنْهُمْ وَسَيَرِدُوا عَلَيَّ حَوْضِي

« Qu’Allah vous protège des dirigeants insensés ». Il demanda : « Qu’est-ce qu’un dirigeant insensé ? ». Il (saw) dit : « Les dirigeants qui viennent après moi, ils ne dirigeront pas avec ma guidance, ils n’adopteront pas ma Sunna. Quiconque croit en leurs mensonges et les aide dans leurs méfaits n’est pas de moi, et je ne suis pas de lui, et il ne viendra pas me voir à ma fontaine (Howdh). Quiconque ne croit pas à leurs mensonges et ne les aide pas dans leurs méfaits est de moi, et je suis de lui, et il viendra à moi à ma fontaine (Howdh) »

Il a été rapporté par Ahmed avec les mots ci-dessus, par Darami et Ibn Hibban. Elle a été classée comme Sahih par Ibn Hajar, Albani et d’autres. Nous disons que si les musulmans devaient s’incliner devant chaque chef et dirigeant qui a gouverné par le péché, alors qu’en est-il de la Seerah de Mustafa (saw), qui s’est dressé contre les influents et les tyrans pécheurs ?! Comment pouvons-nous mériter son intercession (saw), tout en suivant un chemin qui contredit son droit chemin (saw) ? L’égarement et la corruption ne se sont-ils pas répandus sur la Terre à cause du suivi par les faibles des influents et des maîtres ? Dans l’au-delà, ces adeptes se souviendront de la corruption du suivi aveugle. Ce sont des égarés et des criminels. Allah (swt) a mentionné leur dernier dialogue désespéré :

…وَلَوۡ تَرَىٰٓ إِذِٱلظَّٰلِمُونَ مَوۡقُوفُونَ عِندَ رَبِّهِمۡ يَرۡجِعُ بَعۡضُهُمۡ إِلَىٰ بَعۡضٍ ٱلۡقَوۡلَ يَقُولُ ٱلَّذِينَ ٱسۡتُضۡعِفُواْ لِلَّذِينَ ٱسۡتَكۡبَرُواْ لَوۡلَآ أَنتُمۡ لَكُنَّا مُؤۡمِنِينَ ٣١ قَالَ ٱلَّذِينَ ٱسۡتَكۡبَرُواْ لِلَّذِينَ ٱسۡتُضۡعِفُوٓاْ أَنَحۡنُ صَدَدۡنَٰكُمۡ عَنِ ٱلۡهُدَىٰ بَعۡدَ إِذۡ جَآءَكُمۖ بَلۡ كُنتُم مُّجۡرِمِينَ ٣٢ وَقَالَ ٱلَّذِينَ ٱسۡتُضۡعِفُواْ لِلَّذِينَ ٱسۡتَكۡبَرُواْ بَلۡ مَكۡرُ ٱلَّيۡلِ وَٱلنَّهَارِ إِذۡ تَأۡمُرُونَنَآ أَن نَّكۡفُرَ بِٱللَّهِ وَنَجۡعَلَ لَهُۥٓ أَندَادٗاۚ وَأَسَرُّواْ ٱلنَّدَامَةَ لَمَّا رَأَوُاْ ٱلۡعَذَابَۚ وَجَعَلۡنَا ٱلۡأَغۡلَٰلَ فِيٓ أَعۡنَاقِ ٱلَّذِينَ كَفَرُواْۖ هَلۡ يُجۡزَوۡنَ إِلَّا مَا كَانُواْ يَعۡمَلُونَ ٣٣ 

« Et si tu pouvais voir quand les injustes seront debout devant leur Seigneur, se renvoyant la parole les uns aux autres ! Ceux que l’on considérait comme faibles diront à ceux qui s’enorgueillissaient: « Sans vous, nous aurions certes été croyants. » Ceux qui s’enorgueillissaient diront à ceux qu’ils considéraient comme faibles: « Est-ce nous qui vous avons repoussés de la bonne direction après qu’elle vous fut venue ? Mais vous étiez plutôt des criminels. » Et ceux que l’on considérait comme faibles diront à ceux qui s’enorgueillissaient: « C’était votre stratagème, plutôt, nuit et jour, de nous commander de ne pas croire en Allah et de Lui donner des égaux. » Et ils cacheront leur regret quand ils verront le châtiment. Nous placerons des carcans aux cous de ceux qui ont mécru: les rétribuerait-on autrement que selon ce qu’ils œuvraient ? » [Sourate as-Saba 34: 31-33]

Allah (swt) raconte à leur sujet qu’ils seront ensuite retournés en enfer :

يَوۡمَ تُقَلَّبُ وُجُوهُهُمۡ فِي ٱلنَّارِ يَقُولُونَ يَٰلَيۡتَنَآ أَطَعۡنَا ٱللَّهَ َأَطَعۡنَا ٱلرَّسُولَا۠ وَقَالُواْ رَبَّنَآ إِنَّآ أَطَعۡنَا سَادَتَنَا وَكُبَرَآءَنَا فَأَضَلُّونَا ٱلسَّبِيلَا۠  رَبَّنَآ ءَاتِهِمۡ ضِعۡفَيۡنِ مِنَ ٱلۡعَذَابِ وَٱلۡعَنۡهُمۡ لَعۡنٗا كَبِيرٗا

« Le jour où leurs visages seront tournés et retournés dans le Feu, ils diront: « Hélas pour nous ! Si seulement nous avions obéi à Allah et obéi au Messager ! » Et ils dirent: « Seigneur, nous avons obéi à nos chefs et à nos grands. C’est donc eux qui nous ont égarés du Sentier. Ô notre Seigneur, inflige-leur deux fois le châtiment et maudis les d’une grande malédiction. » » [Sourate al-Ahzab 33:66-68]

A la lumière de ces preuves claires, nous pouvons réfuter les Shubha (شبهة Opinions juridiquement douteuses) qui ont été soulevées au sujet des Ahadeeth relatifs à l’obéissance du dirigeant Ma’siyyah (معصية Désobéissance) d’Allah (swt). Nous pouvons également réfuter l’ambiguïté relative à la répudiation et à la contradiction des Ahadeeth, où nous devons nous conformer au principe Usuli qui stipule :

إعمال الدليلين خير من إعمال أحدهما وإهمال الآخر

« Il vaut mieux agir sur la base de deux preuves que d’agir sur la base d’une preuve et de négliger l’autre. »

Cela signifie que nous devrions combiner tous les textes divins qui sont apparemment contradictoires de manière à nier cette contradiction, et tous les textes divins sont pris en compte en termes de leur réalité et de leur Manat.

En ce qui concerne la Shubha (شبهة Opinions juridiquement douteuses) relative aux Ahadith d’écouter et d’obéir aux dirigeants : le plus important de ses textes divins est le célèbre hadith rapporté dans Sahih Muslim que Mu’awiya alias Ibn Salam a rapporté de Zaid ibn Salam d’Abu Salam (Mamthur Al-Habashi) qui a dit que Hudaifa ibn Yaman a dit : « J’ai dit : « Ô Messager d’Allah !, sans aucun doute, nous avons connu une mauvaise période (c’est-à-dire les jours de Jahiliyya ou d’ignorance) et Allah nous a apporté une bonne période (c’est-à-dire la période islamique) que nous vivons actuellement. Y aura-t-il un mauvais moment après ce bon moment ? Il (le Saint Prophète) a dit : Oui. J’ai dit : y aura-t-il un bon moment après ce mauvais moment ? Il a dit oui. J’ai dit : y aura-t-il un mauvais moment après un bon moment ? Il a dit oui. J’ai dit : Comment ? Ce sur quoi il (saw) dit :

يَكُونُ بَعْدِي أَئِمَّةٌ لاَ يَهْتَدُونَ بِهُدَاىَ وَلاَ يَسْتَنُّونَ بِسُنَّتِي وَسَيَقُومُ فِيهِمْ رِجَالٌ قُلُوبُهُمْ قُلُوبُ الشَّيَاطِينِ فِي جُثْمَانِ إِنْسٍ

« Il y aura des dirigeants qui ne seront pas guidés par mes conseils et qui n’adopteront pas ma Sunna. Il y aura parmi eux des hommes qui auront des cœurs de démons dans des corps d’êtres humains. J’ai dit : « Que dois-je faire ? Ô Messager d’Allah, si je vis à cette époque ? » Il (saw) répondit :

تَسْمَعُ وَتُطِيعُ لِلأَمِيرِ وَإِنْ ضُرِبَ ظَهْرُكَ وَأُخِذَ مَالُكَ فَاسْمَعْ وَأَطِعْ

« Vous écouterez l’émir et exécuterez ses ordres ; même si vous êtes fouettés et que l’on vous vole vos biens, vous devez écouter et obéir. »  Al-Hakim a rapporté un hadith similaire d’Abu Salam.

Les cœurs des savants du gouvernement et des juristes courtisans, qu’Allah (swt) les humilie, se réjouiraient si ce hadith était Sahih (صحيح Authentique). Si le hadith n’était pas Sahih, il serait alors authentifié par la force, par l’illusion, par la tromperie ou la fabrication ! C’est le hadith qu’ils psalmodient assis et debout. Ils indiquent ce hadith comme une échappatoire et une retraite. Chaque fois qu’ils se livrent à une discussion, ils rengainent ce hadith comme une épée pour couper la discussion. Souvent, ils l’utilisent comme un voile derrière lequel ils se cachent, afin que leurs actions hideuses, telles que leur attachement aux portes des rois despotiques, leur assise aux tables des dirigeants oppresseurs et leur approbation de l’injustice à l’égard des citoyens, ne soient pas révélées au grand jour. Ils font même de ce hadith la moitié de l’Islam, voire sa totalité, afin que beaucoup pensent, d’après leur discours, que l’obéissance au dirigeant est le but et l’objectif de la révélation et que l’obéissance à Allah (swt) n’est possible qu’après l’accord du dirigeant oppresseur. Est-il donc possible que ce hadith provienne de notre Prophète (saw) par qui Allah (swt) a brisé la bannière de l’oppression ? L’a-t-il vraiment dit ? Est-il concevable d’interpréter que l’Islam favorise l’injuste dans son injustice ? Et avant cela, cette narration est-elle valide à la base ? ! Il est également évident que la formulation de ce hadith constitue une contradiction flagrante avec le caractère définitif d’autres textes divins, tels que le hadith de Ka’b ibn Ujra et le hadith d’Ubada ibn Samith qui a été classé comme Sahih par Ibn Hibban.

Ubada ibn Samit (rah) a dit : le Messager d’Allah (saw) a dit : « Ô Ubada », j’ai répondu : « À ton service (Ô Messager d’Allah)  » Il (saw) a dit :

اسمع وأطع في عسرك ويسرك، ومكرهك وأثرة عليك، وإن أكلوا مالك، وضربوا ظهرك، إلا أن تكون معصية لله بواحًا

« Écoutez et obéissez (au chef) dans la prospérité et dans l’adversité, que vous refusiez, ou que quelqu’un soit favorisé indûment par rapport à vous, ou qu’il mange votre richesse, ou qu’il vous fouette le dos, sauf s’il vous l’ordonne explicitement dans la Ma’siyyah ( معصية Désobéissance) d’Allah (swt). »

Cela signifie qu’il n’y a pas d’obéissance dans le péché. Avant de comprendre la formulation :

تَسْمَعُ وَتُطِيعُ لِلأَمِيرِ وَإِنْ ضُرِبَ ظَهْرُكَ وَأُخِذَ مَالُكَ

« Vous écouterez l’émir et exécuterez ses ordres, même si votre dos est fouetté et que vos biens sont volés »

Examinons l’authenticité de ses chaînes. Nous trouvons tous les narrateurs et juristes (Fuqaha) qui ont classé cet ajout de mots dans le hadith comme faible. Les plus éminents d’entre eux sont Darul Qutni et d’autres. Al-Hafiz Abul Hasan Darul Qutni a nié ce hadith en disant : « Selon moi, ce hadith est Mursal (مرسل Interrompu dans la chaîne) parce qu’Abu Salam n’a pas entendu parler de Hudaifa ni de ses pairs qui ont débarqué en Irak, car Hudaifa ibn Yaman est mort une nuit après l’assassinat de Uthman (ra). Et il a été dit dans le hadith que  » قال : قال حذيفة « , ce qui signifie :  » Abou Salam a dit : Hudaifa a dit… » ce qui indique que ce hadith est Mursal. »

Après examen, il est clair que le nom d’Abu Salam est Mamtur Al-Habashi et qu’il était originaire de Damas, alors que Hudaifa ibn Yaman (ra) vivait à Médine, puis à Koufa et en Irak. Les oulémas sont d’accord pour dire qu’Abu Salam n’a pas entendu parler de Hudaifa ibn Yaman. Il semble qu’Abu Salam ait entendu ce hadith de Shaamy le faible (Daeef) de Hudaifa. Et cette formulation « Vous écouterez l’émir et exécuterez ses ordres, même si votre dos est fouetté », qu’il mentionne, est Mudraj (مدرج Inséré) dans le hadith.

Quant à ce qui a été mentionné dans le livre d’Albany « La chaîne authentique (السلسلة الصحيحة) » tiré de Tabarani « Awsat (الأوسط) », « comme cela a été rapporté par Umar ibn Raashid Al-Yamami, par Yahya ibn Abi Katheer, par Zaid ibn Salam, par son père, Abu Salam Mamtur, et par son grand-père, de son grand-père, et de même ce qui a été rapporté par Suyuti avec plus d’exhaustivité à partir de la narration d’Ibn Asakir, ils ne sont pas bénéfiques car le père de Mamtur est le grand-père de Salam, dont le nom et le statut ne sont pas connus. Par conséquent, sa présence dans la chaîne équivaut à son absence ! Le Sheikh Muqbil Alwadi (raheemahullah), auteur du livre « Obligations et argumentation (الإلزامات والتتبع) a dit : « Ceci et cela dans le hadith de Hudaifa sont supplémentaires et ne font pas partie des hadiths de Hudaifa sur lesquels on s’est mis d’accord. Quant à ce qu’il a dit

وَإِنْ ضُرِبَ ظَهْرُكَ وَأُخِذَ مَالُك

« même si on te fouette le dos et qu’on t’arrache tes richesses »

Il s’agit d’un ajout Daeef (faible ضعيف), car il est interrompu (منقطعة) dans le lien. Et c’est Allah qui sait le mieux.  » [Al-Hashiya : 258]. Bukhari rapporte que Hudaifa ibn Yaman (ra) a narré : « Les gens avaient l’habitude d’interroger le Messager d’Allah sur le bien, mais j’avais l’habitude de l’interroger sur le mal, de peur qu’il ne m’atteigne. Une fois, j’ai dit : « Ô Messager d’Allah, nous étions dans l’ignorance et dans le mal et Allah nous a accordé le bien présent ; y aura-t-il un mal après ce bien ? » Il a dit : « نعم « Oui. » J’ai demandé : « Y aura-t-il un bien après ce mal ? » Il a dit :

نعم، وفيه دخن!

« Oui, mais il serait entaché de Dakhan (c’est-à-dire d’un mal). »

J’ai demandé : « Quel sera son Dakhan ? » Il (saw) répondit :

قوم يهدون بغير هديي، تعرف منهم وتنكر!

« Il y aura des gens qui guideront les gens autrement que par moi. Tu verras leurs actions et tu les désapprouveras. »

J’ai dit : « Y aura-t-il un mal après ce bien ? » Il (saw) a répondu :

 نعم، دعاة على أبواب جهنم، من أجابهم إليها قذفوه فيها

« Oui, il y aura des gens qui inviteront d’autres personnes aux portes de l’Enfer, et quiconque acceptera leur invitation y sera jeté. »

J’ai dit : « Ô Messager d’Allah (saw), décris-nous ces gens. » Il répondit :

هم من جلدتنا، ويتكلمون بألسنتنا

« Ils nous seront familiers et parleront notre langue »

J’ai demandé : « Que m’ordonnez-vous de faire si une telle chose devait se produire dans ma vie ? » Il (saw) a répondu :

تلزم جماعة المسلمين، وإمامهم

« Adhérer au groupe des musulmans et à leur imam. »

J’ai demandé : « S’il n’y a ni groupe (de musulmans) ni chef (que dois-je faire) ? ». Il (saw) dit :

فاعتزل تلك الفرق كلها! ولو أن تعض بأصل شجرة حتى يدركك الموت وأنت على ذلك

« Éloignez-vous de toutes ces sectes, même si vous deviez mordre (c’est-à-dire manger) la racine d’un arbre, jusqu’à ce que vous rencontriez Allah alors que vous êtes encore dans cet état «  »

Il s’agit d’un hadith authentique dont les narrateurs sont dignes de confiance, confirmés et autorisés à rapporter des ahadith. Il s’agit du hadith le plus solide sur le sujet en termes de chaîne et de pureté de ses textes. Muslim l’a également rapporté avec le même texte et la même chaîne. Il a également été rapporté par at-Tabarani dans « Musnad As-Shamiyeen », entre autres.

Ce qu’il faut retenir de la formulation

يكون بعدي أئمة، لا يهتدون بهداي، ولا يستنون بسنتي

« Il y aura des dirigeants après moi qui ne seront pas guidés par mes conseils et qui n’adopteront pas ma Sunna »

comme l’indique le hadith interrompu de l’imam Muslim, il n’a pas été rapporté dans d’autres narrations du même hadith qui confirment cette narration. Au contraire, toutes les narrations disent

تلزم جماعة المسلمين وإمامهم

« Adhérer au groupe des musulmans et à leur imam. »

Aucune n’a même une seule lettre décrivant l’absence de direction par la guidance de RasulAllah (saw) ou l’absence d’adoption de sa Sunna ou d’autres descriptions, telles que l’oppression et la censure. Ce qui est évident, c’est que la narration Da’eef (ضعيف faible) rapportée par Mamtur est mélangée avec le hadith de Hudaifa et les ahadeeth de Ka’b ibn Ujra et d’autres qui ont été rapportés avec une formulation similaire dans les narrations authentiques. Ce qu’il faut retenir du hadith de Ka’b ibn Ujra par exemple, tel que rapporté par Ahmad dans son Musnad, Barraz, Ibn Hibban dans son Sahih, Al-Hakim dans Mustadrik au sujet de la connaissance des Compagnons (ra), c’est qu’il n’y a pas de différence entre le hadith de Ka’b ibn Ujra et celui d’Ibn Hibban : Jabir ibn Abdullah a raconté que le Messager d’Allah (saw) a dit à Ka’b bin Ujra que :

أعاذك الله يا كعب بن عجرة من إمارة السفهاء

« Ô Ka’b, qu’Allah te protège des chefs insensés (Imarathu sufaha) »

Il demanda : « Qu’est-ce qu’un chef insensé ? » Il (saw) répondit :

أمراء يكونون بعدي لا يهدون بهديي، ولا يستنون بسنتي، فمن صدقهم بكذبهم، أو أعانهم على ظلمهم، فأولئك ليسوا مني ولست منهم، ولا يردون عليَّ حوضي، ومن لم يصدقهم على كذبهم، ولم يعنهم على ظلمهم، فأولئك مني وأنا منهم، وسيردون عليَّ حوضي. يا كعب بن عجرة، الصوم جنة، والصدقة تطفئ الخطيئة، والصلاة قربان- أو قال: برهان- يا كعب بن عجرة إنه لا يدخل الجنة لحم نبت من سحت أبدًا، النار أولى به، يا كعب بن عجرة الناس غاديان، فمبتاع نفسه فمعتقها، أو بائعها فموبقها

« Les dirigeants qui viendront après moi ne seront pas guidés par moi, ils n’adopteront pas ma Sunna. Quiconque croit à leurs mensonges et les aide dans leurs méfaits n’est pas de moi, et je ne suis pas de lui, et il ne viendra pas à moi à la fontaine. Quiconque ne croit pas à leurs mensonges et ne les aide pas dans leurs méfaits est de moi, et je suis de lui, et il viendra à moi dans ma fontaine. O Ka’b ibn Ujra, le jeûne est un bouclier, la bienfaisance est un bouclier, la charité est un bouclier, la Salat (prière) est un sacrifice ( قربان) – ou une preuve évidente. O Ka’b ibn Ujra ! La chair soulevée par l’illicite n’entrera jamais au paradis et le feu de l’enfer lui est plus approprié. O Ka’b ibn Ujra ! Les gens partent le matin et s’achètent eux-mêmes pour se protéger (du feu de l’enfer) ou se vendent eux-mêmes au péril. »

Sa chaîne est Hasan, classée comme Sahih (صحيح Authentique) par Hakim et approuvée par Dahabi. Al-Arnooth dit dans son commentaire de Sahih Ibn Hibban « c’est Sahih basé sur la condition de Muslim ». Par conséquent, cette formulation supplémentaire est Da’eef (ضعيف Faible) en termes de Sanad (سند Chaîne de narration) et Munkarah (منكرةRefusé) en termes de Matan (متن Texte). La chaîne de cet ajout est interrompue et faible et ses textes sont en contradiction avec les textes authentiques et ce qui a été rapporté par Muslim sans cet ajout. Nous trouvons également cet ajout dans d’autres hadiths qui disent « يستنون بغير سنتي… » « qui n’adoptent pas ma Sunna ». Cependant, ces ahadeeth ne commandent pas d’obéir aux dirigeants, mais plutôt de leur désobéir, comme dans le hadith de Ka’b ibn Ujra, qui dit :

فمن صدقهم بكذبهم، أو أعانهم على ظلمهم، فأولئك ليسوا مني ولست منهم، ولا يردون عليّ حوضي

« Quiconque croit à leurs mensonges et les aide dans leurs méfaits n’est pas de moi, et je ne suis pas de lui, et il ne viendra pas à moi à ma fontaine (Houdh) »

Alors, comment comprendre tout ce qui est venu dans le hadith Sahih de Muslim, à part l’ajout ? Cette chaîne de narration a été apportée par Muslim (rh) conformément à ce qui a été dit par an-Nawawi (rh). Cependant, il l’a apportée pour expliquer son raisonnement. Il a déclaré dans son premier Sahih qu’il mentionnerait certains Ahadith pour expliquer son raisonnement et ce hadith est l’un d’entre eux. Il est inconcevable de penser que Muslim (rh) ait manqué le fait qu’Abu Salam n’ait pas entendu parler de Hudaifa (rh). L’imam Muslim a exposé sa méthode à cet égard dans l’introduction de son Sahih comme suit : « En ce qui concerne la première catégorie, nous nous sommes efforcés d’avancer le rapport qui est plus à l’abri des défauts que tous les autres… ainsi, lorsque nous avons examiné les rapports de cette description provenant des gens, nous avons également rencontré des rapports dans les chaînes desquels se trouvaient certains qui ne sont pas caractérisés par la mémorisation et la précision, comme ceux qui ont été caractérisés avant eux… » Qadi Iyad et l’imam Nawawi ont déclaré que Muslim avait respecté cette condition dans son Sahih. Cela concerne l’explication et la clarification du raisonnement, par opposition à ceux qui disent que c’était l’intention à laquelle il aspirait, avant d’achever son objectif pour le livre. Ceci a été clarifié par l’imam Nawawi dans son explication de Sahih Muslim dans le chapitre « Durée du Hajj ». Mu’lami a déclaré dans Al-Anwar ul-Kaashifa (الأنوار الكاشفة) page 230, « …l’approche de Muslim dans son Sahih était que lorsqu’il avançait des narrations concordantes dans la phrase, il avançait d’abord la plus authentique. Parfois, il peut y avoir un résumé ou une erreur dans la dernière narration, que la première narration clarifie ». Par conséquent, l’imam Muslim a mentionné ce hadith, qui comporte cet ajout, pour expliquer sa répudiation et sa déviation et non pour le classer comme Sahih, en particulier lorsque le hadith est interrompu dans sa transmission. D’autres narrations de ce hadith ont également été rapportées par d’autres personnes du Sunan et du Musnad, toutes ces narrations étant classées comme Da’eef (faibles). Ces narrations ne se renforcent pas les unes les autres.

Le Dr. Khalid Al-Hayyak a expliqué ses défauts dans sa recherche publiée sur un site web, sous le titre  » Répudiation complète de l’ajout ‘même si ton dos est fouetté et que ta richesse est arrachée, tu dois écouter. (القطع بنكارة زيادة وَإِنْ ضرِبَ ظَهْركَ َأخذَ مَالكَ فَاسْمَعْ وَأَطِعْ) ». Cet ajout est niable, car il porte atteinte au principe du rejet du mal. Ce principe est ce qui fait de la Oumma la meilleure Oumma apportée à l’humanité. Cet ajout contredit également la Charia qui consiste à déraciner l’oppression sur les gens. C’est la Charia qui relie la corruption des nations à l’existence de l’oppression. C’est la Charia qui place l’opprimé qui consent à l’oppression au même rang que l’oppresseur qui la pratique. Allah (swt) a dit :

وَإِذۡ يَتَحَآجُّونَ فِي ٱلنَّارِ فَيَقُولُ ٱلضُّعَفَٰٓؤُاْ لِلَّذِينَ ٱسۡتَكۡبَرُوٓاْ إِنَّا كُنَّا لَكُمۡ تَبَعٗا فَهَلۡ أَنتُم مُّغۡنُونَ عَنَّا نَصِيبٗا مِّنَ ٱلنَّارِ ٤٧ قَالَ ٱلَّذِينَ ٱسۡتَكۡبَرُوٓاْ إِنَّا كُلّٞ فِيهَآ إِنَّ ٱللَّهَ قَدۡ حَكَمَ بَيۡنَ ٱلۡعِبَاد

« Et quand ils se disputeront dans le Feu, les faibles diront à ceux qui s’enflaient d’orgueil: « Nous vous avions suivis: pourriez-vous nous préserver d’une partie du feu ? » Et ceux qui s’enflaient d’orgueil diront: « En vérité, nous y voilà tous. » Allah a déjà rendu son jugement entre les serviteurs. » [Sourate al-Ghafir 40:47-48]

Est-il rationnel de dire que la Charia a autorisé cela, alors que RasulAllah (saw) a dit :

إِنَّ النَّاسَ إِذَا رَأَوْا الظَّالِمَ فَلَمْ يَأْخُذُوا عَلَى يَدَيْهِ أَوْشَكَ أَنْ يَعُمَّهُمْ اللَّهُ بِعِقَابٍ مِنْهُ

« Lorsque les gens voient le malfaiteur et qu’ils ne le prennent pas par la main, alors Allah vous enveloppera bientôt d’un châtiment de sa part. » [Tirmidhi]

Il n’est pas étonnant que la Oumma ait été humiliée pendant des siècles. Et où est la compréhension des meilleurs compagnons et de la famille la plus pure de RasulAllah (saw) qui n’ont pas écouté et obéi aux ordres des usurpateurs, comme l’ont fait Abdullah ibn Zubair et le petit-fils du Prophète (saw), Hussein (ra). Au contraire, ils se sont rebellés et ont combattu contre eux, une action qu’ils ont considérée comme un idéal pour défendre la révélation d’Allah et Sa Charia. Que dire de la parole d’Abou Bakr (ra) أطيعوني ما أطعت الله فيكم، فإن عصيته فلا طاعة لي عليك « Obéissez-moi tant que j’obéis à Allah sur vous. Si je lui désobéis, alors ne m’obéissez pas » et la parole de Umar (ra) aux gens lorsqu’il a reçu le serment d’allégeance pour le Khilafah où il a ordonné aux gens de le redresser s’ils voyaient en lui une quelconque irrégularité ? C’est parce que la première génération de l’Islam comprenait le Deen dans sa forme pure. Salman al-Farisi (ra) se leva pour confronter Omar ibn al-Khattab (ra) et lui demanda, à propos des vêtements qu’il portait : « D’où les as-tu eus ? Sinon, nous ne t’écouterons pas et nous ne t’obéirons pas. » Abu Dharr (ra) a confronté Uthman (ra) à plusieurs reprises. Abdullah ibn Amr (ra), comme le rapporte Sahih Muslim, a rassemblé ses hommes, ses armes et un bataillon de ses hommes pour affronter le Wali de Mu’awiya à Taif (son frère, Anbasa ibn Abu Sufyan), lorsqu’il a appris que Mu’awiya voulait se retrancher sur ses terres. Khalid ibn Al-Aas, informé de la situation, se rendit de La Mecque à Taïf. Il se rendit alors auprès de Abdullah ibn Amr ibn Al-Aas et commença à lui conseiller d’être pacifique et de se rendre à Anbasa, puisqu’il était un homme d’autorité et que son frère était le sultan général, c’est-à-dire le chef de l’autorité. Abdullah ibn Amr (ra) répondit : « Ne sais-tu pas que le Messager d’Allah (saw) a dit :

مَنْ قُتِلَ دُونَ مَالِهِ فَهُوَ شَهِيدٌ

« Celui qui est mort en protégeant sa propriété est un martyr »

Après tout, je dis que pour imposer le bien-fondé de cet ajout controversé, ils ne comprennent pas l’intention, qui est l’obéissance au dirigeant musulman juste et la patience à son égard. Si nous nous conformons aux principes d’Usooli الجمع أولى من الترجيح « la combinaison est plus appropriée que la surpondération » et إعمال الدليلين أولى من إهمال أحدهما « Agir sur deux preuves est plus approprié que de négliger l’une d’entre elles, « nous pouvons interpréter cette notation comme suit.  Il n’est pas invalide de saisir votre richesse, si c’est licite, et de vous fouetter le dos, si c’est en guise de punition, comme l’affirme Ibn Hazam dans son « al-Fasl fi al-Melal wa al-Ahwaa wa al-Nahl ».

En ce qui concerne l’ordre donné par RasulAllah (saw) d’être patient lors de la saisie de la richesse et de la flagellation du dos, il n’y a aucun doute que c’est seulement lorsque l’Imam le prend légitimement et il n’y a aucun doute que nous devrions être patients dans un tel cas. S’il le prend illégalement, qu’Allah nous empêche de penser que RasulAllah (saw) a ordonné la patience dans ce cas. Cela ressort clairement de la parole d’Allah (swt) :

وَتَعَاوَنُواْ عَلَى ٱلۡبِرِّ وَٱلتَّقۡوَىٰۖ وَلَا تَعَاوَنُواْ عَلَى ٱلۡإِثۡمِ وَٱلۡعُدۡوَٰنِۚ 

« Et entraidez-vous dans la droiture et la piété, et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. » [Sourate al-Maida 5:2]

Cette signification a été soulignée par le hadith d’Ibn Hibban dans lequel RasulAllah (saw) restreint le commandement de se taire sur la flagellation du dos, uniquement à ce qui est licite et non dans la Ma’siyyah (معصية désobéissance). Comme l’a rapporté Ibn Hibban, Ubada ibn Samit a raconté que le Messager d’Allah (saw) a dit « Ô Ubada », j’ai répondu « À ton service (Ô Messager d’Allah) » Il (saw) a dit :

اسمع وأطع في عسرك ويسرك، ومكرهك، وأثرة عليك، وإن أكلوا مالك، وضربوا ظهرك، إلا أن تكون معصية لله بواحًا

« Écoutez et obéissez dans la prospérité comme dans l’adversité, que vous soyez réticents, ou que quelqu’un soit favorisé indûment par rapport à vous, ou qu’il mange vos biens, ou qu’il vous fouette le dos, sauf s’il vous ordonne explicitement de désobéir à Allah. » Cela signifie qu’il n’y a pas d’obéissance dans le péché.

L’expression

لا يستنون بسنتي

« Ils n’adopteront pas ma Sunna »

indique que le Fisq (le mal) est limité aux seuls gouvernants et non au système par lequel ils gouvernent.

La formulation

تسمع وتطيع للأمير، وإن ضرب ظهرك، وأخذ مالك

« Vous écouterez et obéirez au chef même s’il vous fouette ».

Vous écouterez et obéirez au chef même s’il vous fouette le dos et s’empare de vos biens » contredit explicitement l’interprétation « s’il vous gouverne par le Kufr ». Une personne serait patiente si le dirigeant lui interdit certains de ses droits et elle peut pardonner lorsque certaines actions tournent à l’encontre de son intérêt, comme lorsque le dirigeant a été hâtif dans son jugement, sans que la personne puisse avancer son argument et se défendre de bonne manière. Dans ce cas, nous lui disons d’être patient et obéissant. Cependant, il n’est pas acceptable que nous restions silencieux lorsque nous voyons un dirigeant qui met en suspens la Charia d’Allah (swt), s’allie avec Ses ennemis (swt) et nous gouverne par des systèmes de kufr. La formulation n’inclut pas cela et ne signifie pas cela de quelque manière que ce soit.

D’autres l’ont interprété comme la patience de l’individu face à l’oppression dont il est victime et non la patience de la Oumma dans son ensemble.

En conclusion, le Hadith :

وإن ضرب ظهرك وأخذ مالك

« Même s’il vous fouette le dos et s’empare de vos richesses » est contestable en termes de chaîne et de texte. Il a été utilisé par les savants du gouvernement pour servir le dirigeant, stabiliser son autorité et prolonger son mandat, pour paralyser les citoyens afin qu’ils restent assis sans faire revivre la Oumma ou sans penser à changer le statu quo actuel. Ils ont établi les lois de la Charia à partir d’une interprétation erronée de ce hadith, arbitrant la Oumma et non ses dirigeants, alors que la Charia d’Allah prévoit l’arbitrage à la fois de la Oumma et des dirigeants. Tout cela est fait par des gens désireux de déformer les autres textes divins clairs et explicites. Tout appartient à Allah (swt) avant et après.

Partager:

Leave a reply