La Nakba et la trahison des dirigeants arabes

541
0
Partager:

La tragédie de la Nakba et sa perpétuation jusqu’à l’assaut d’aujourd’hui sur Gaza découlent des insuffisances et de la trahison des régimes arabes.

Le tweet largement cité d’Edy Cohen, chercheur « israélien », journaliste et spécialiste du conflit « israélo »-arabe et ancien collaborateur de l’actuel premier ministre « israélien », affirme avec audace que « …nous (les « Israéliens ») n’aurions pas atteint le point de passage de Rafah sans la collusion et le silence des régimes arabes » [1] Bien que cela soit vrai pour tous les dirigeants arabes, cela revêt une importance particulière pour le roi Hussein, le dirigeant jordanien aujourd’hui décédé. Ne faisant confiance à aucun de ses acolytes pour une mission d’une telle importance, il pilota lui-même son avion et se rendit à Tel-Aviv pour avertir sa proche collaboratrice, Golda Meir, alors Premier ministre « d’Israël », de l’offensive syrienne et égyptienne qui se préparait. [2]

Au cours d’une réunion qui, à ce jour, est encore considérée comme trop sensible dans les milieux du renseignement « israélien » pour être divulguée, le roi Hussein, accompagné de Ziad Rifai, a rencontré Meir et le directeur général du cabinet du Premier ministre, Mordechai Gazit, tandis que deux hauts responsables des services de renseignement jordaniens rencontraient leurs homologues « israéliens » dans une pièce séparée. Après de vains bavardages, Hussein avertit Meir de l’imminence de l’offensive et d’une guerre sur deux fronts. [3]

Il semble que la trahison de la cause palestinienne, et en réalité de la cause arabe, ait une origine génétique et soit en quelque sorte inscrite dans les gènes de la dynastie hachémite. Depuis son accession au poste d’émir de Transjordanie en 1921 jusqu’à son assassinat en 1951, le grand-père du roi Hussein a entretenu des relations diplomatiques, politiques et militaires clandestines avec des sionistes de haut rang, dont Golda Meir, qui le rétribuait occasionnellement pour ses services. Au cœur de sa trahison, la promesse faite par les dirigeants sionistes de terres situées à l’ouest du Jourdain, qu’il a annexées pendant la guerre de 1948 aux dépens d’un État palestinien. Selon lui, il préférait voir un État sioniste avec la Cisjordanie entre ses mains plutôt qu’un État arabe avec la Cisjordanie entre les mains des Palestiniens ou des Égyptiens. [4]

À l’époque, la Jordanie disposait de l’armée la plus puissante et la plus professionnelle du Moyen-Orient, créée et équipée, paradoxalement, par les auteurs de la déclaration Balfour, les Britanniques. La légion arabe du roi Abdallah, commandée par John Baggot Glubb, un militaire britannique en exercice, n’avait pas l’intention de libérer l’ensemble de la Palestine ; elle s’est plutôt contentée de sécuriser la ligne de partage convenue par les Nations unies. Glubb Pacha, comme on l’appelait, souligne la tromperie du roi Abdallah et de ses contrôleurs britanniques à l’égard de la cause palestinienne, en déclarant : « Tout cela revient en fait au plan initial d’avant le 15 mai, qui consistait à tenir les zones arabes et à ne rien faire ». [5]

La trahison de la cause palestinienne s’étend au-delà de la dynastie hachémite et couvre la majeure partie, sinon la totalité, du monde arabe. Malgré les démonstrations gratuites et sauvages de solidarité simulée, les chants de sang et d’âme, les battements de poitrine et les vêtements déchirés, ses dirigeants et ses élites accordent peu de crédit à la cause palestinienne en particulier ou à l’arabisme en général, comme l’a fait remarquer Glub pacha avant le déclenchement des hostilités. « Les luttes intestines des Arabes », rapporte Glubb, « sont plus présentes à l’esprit des politiciens arabes que la lutte contre les Juifs. Azzam Pacha, le Mufti et le gouvernement syrien préféreraient que les Juifs obtiennent toute la Palestine plutôt que le roi Abdallah en profite ». [6]

Rencontre entre des cheikhs hachémites et des sionistes à l’hôtel King David à Jérusalem, 1933.

La dure réalité du Moyen-Orient en 1948 était que la Grande-Bretagne était la véritable puissance de la région, de plus en plus contestée par les États-Unis. Pour les dirigeants arabes, manipulés comme des poupées par une administration coloniale habile, l’ambition personnelle et le maintien de leur siège face au contrôle et aux machinations impériales britanniques passaient avant tout soutien aux Palestiniens et à leur situation.

Le roi Farouk d’Égypte était infiniment plus préoccupé par la perspective d’une prise de contrôle de l’ensemble de la Palestine par le roi Abdallah que par une prise de contrôle par les sionistes. Comme Abdallah, il préférait une Palestine sioniste avec des gains modérés à Gaza et dans le Néguev à une prise de contrôle de l’ensemble de la Palestine par le roi Abdallah, le privant ainsi de la légitimité grâce à laquelle il pourrait s’installer comme leader de facto du monde arabe, bien entendu sous la stricte suzeraineté britannique.

Comme son homologue, le roi Farouk avait des objectifs limités en Palestine. Son objectif était simplement de priver le roi Abdallah de la possibilité de s’emparer de toute la Palestine en occupant le Néguev et la région côtière jusqu’à Gaza. Au cours de la guerre, le corps expéditionnaire égyptien arrêta de manière non explicite son avancée au nord d’Isdud. Si les Égyptiens avaient voulu poursuivre leur avancée vers le nord, en direction de Tel Aviv, aucune force « israélienne » n’aurait pu les en empêcher. [7] La catastrophe pour les Palestiniens aurait été évitée. Lorsque les sionistes, libérés de leur engagement sur les fronts du nord par les luttes intestines arabes, ont finalement tourné leur attention vers le sud, vers la présence égyptienne dans le Néguev, ils ont facilement mis les Égyptiens en déroute. Ben-Gourion a correctement deviné que la légion arabe d’Abdallah n’interviendrait probablement pas pour sauver les Égyptiens, car Abdallah et son général britannique Glubb Pacha se réjouiraient d’une défaite égyptienne.

De nombreuses sources sionistes font état de la participation, puis de la défaite, de cinq grandes armées arabes d’Égypte, de Syrie, de Transjordanie, d’Irak et du Liban, tandis que les États du Golfe et les Saoudiens n’ont joué aucun rôle significatif. Cependant, tous ces États n’ont envoyé que des forces expéditionnaires composées essentiellement de volontaires. À la mi-mai 1948, les Arabes ne pouvaient rassembler que 25 000 soldats réguliers et irréguliers, car, craignant des rébellions chez eux, les régimes arabes dépourvus de toute légitimité gardaient l’essentiel de leurs forces à l’intérieur du pays pour garantir leur propre survie plutôt que celle de leurs frères palestiniens. [8] La tragédie de la Nakba et sa perpétuation jusqu’à l’assaut d’aujourd’hui sur Gaza découlent des insuffisances et de la trahison des régimes arabes. L’échec total et complet du nationalisme arabe souligne le fait que « Israël » n’est que l’ombre de ces régimes, et que leur disparition entraînera inévitablement la sienne.

thegeopolity.com

Traduit par l’équipe de La Pensée Islamique


[1] https://x.com/EdyCohen/status/1787724016645538208

[2] Jordan King Hussein’s extensive contact, intelligence sharing with Israel prior to 1973 war – Middle East Monitor

[3]Account of King Hussein’s 1973 war warning still deemed too harmful to release | The Times of Israel

[4] Collusion across the Jordan: King Abdullah, the Zionist movement, and the partition of Palestine Avi Shlaim.

[5] Glubb to Lash, 9 July 1948, 2006 Accession, Box 83, File November 1948, GB165–0118 Glubb Papers, MEC.

[6] Glubb to Burrows, Secret and Personal, 22 September 1948, FO 371/68861, PRO.

[7] 1948: The First Arab-Israeli War”, Yale University Press, New Haven, ISBN 978-0-300-12696-9, p.219).Mordechai Weingarten

[8] The War for Palestine: Rewriting the United States and the Israeli-Palestinian Conflict History of 1948. Cambridge: Cambridge University Press, 2001, 79-103.

Partager:

Leave a reply