Dieu et Ses Prophètes devraient être protégés des insultes

756
0
Partager:

Bien que la civilisation occidentale capitaliste aie une mainmise complète dans le monde, elle est actuellement dans une crise profonde. Une crise liée à ses propres fondements et ses structures inhérentes qui sont à bout de souffle. Une crise d’ordres politique, économique, sociétal et idéologique.

Mais ce n’est pas tout; les musulmans bien qu’au plus bas niveau de leur histoire et en situation de faiblesse, disposent d’un système de vie qui est le seul modèle alternatif viable. Et ces musulmans inspirent et provoquent par leur seule présence, leur croyance, leur identité, un challenge idéologique au Capitalisme contaminé.

C’est pourquoi les musulmans résidant en Occident vivent depuis deux décennies, des attaques fulgurantes envers leur identité. En vue de la diluer, de la briser, de l’assimiler dans le bain de l’idéologie occidentale afin de retarder sa chute inévitable.

L’exemple de la France est parlant; les projets de loi et les déclarations sulfureuses des plus hautes instances politiques dévoilent cette crise, non pas de l’islam, mais de l’Occident!

Un des fers de lance de ces attaques vis à vis de notre identité, est masqué sous la fameuse « liberté d’expression » qui est en pratique une liberté pour l’insulte.

La surenchère au sein de l’opinion publique suite aux événements malheureux qui se sont déroulés en France concernant un professeur d’histoire, vise à mettre une pression montante sur les musulmans pour les détacher des leurs principes fondamentaux, ce qui les conduiraient à ne plus incarner un challenge idéologique et intellectuel.

Dans le but d’aider la communauté musulmane à bien maîtriser les arguments du débat lié à la liberté d’expression, l’équipe LPI vous présente une transcription du discours prononcé par l’ancien membre et l’ancien porte parole du Hizb ut Tahrir en Australie lors d’un débat organisé par la chaîne ABC en Australie:

Dieu et Ses Prophètes devraient être protégés des insultes

Cette proposition, en réalité ce débat, est construit sur la prémisse de « La liberté d’expression ». Sur la base que La liberté d’expression est le point de départ et ce qui demeure à définir est ses limites.
Je rejette entièrement cette prémisse. La liberté d’expression est une position libérale, un position idéologique libérale, ce n’est ni universel ni neutre. Alors, voici une note franche aux libéraux : assez de ce nombrilisme indulgent. Vous ne représentez pas la position par défaut. Des milliards de personnes dans le monde ne sont pas des libéraux. Arrêtez de feindre l’universalité. Abandonnez le prétexte et ayons une discussion honnête. Il est de la civilité humaine la plus élémentaire de respecter les autres. C’est le point de départ – pas la liberté d’expression. Insulter les autres, c’est les traiter avec une insensibilité, une insolence ou une grossièreté méprisante. Il incombe à ceux qui veulent permettre un tel comportement de prouver pourquoi cette dépravation devrait être autorisée.

L’idée de la liberté d’expression est erronée en théorie et politisée en pratique. C’est une idée impossible à mettre en œuvre et qui n’a jamais été mise en œuvre nulle part dans le passé – pas même aujourd’hui, dans les sociétés libérales.

Par exemple, en justifiant le film le plus récent insultant le Prophète, la Maison Blanche a déclaré: «Nous ne pouvons pas et ne voulons pas étouffer la liberté d’expression dans ce pays». Ensuite, la secrétaire d’État Hillary Clinton a noté que «notre pays a une longue tradition de libre expression … nous n’empêchons pas les citoyens d’exprimer leurs opinions, aussi déplaisantes qu’elles puissent être». Ces sentiments ont été partagés par les dirigeants européens et australiens.

Mais ces déclarations ne sont tout simplement pas vraies. La liberté d’expression n’existe pas sous forme absolue. Il n’y a pas de liberté absolue d’insulter. Dans tout l’Occident libéral, nous trouvons des lois sur la diffamation, des lois sur la sédition, des normes professionnelles et des normes journalistiques de reportage sur les politiciens et les célébrités. En Allemagne, la négation de l’Holocauste est interdite par la loi. Au Royaume-Uni, la Public Order Act érige en infraction pénale les «mots menaçants, abusifs ou insultants». En Australie, le Commonwealth Criminal Code érige en infraction le fait pour une personne d’utiliser un service postal ou similaire « d’une manière … que des personnes raisonnables considéreraient comme … offensante ».

Quant à la pratique, Azhar Ahmad, au Royaume-Uni a été condamné en 2012 pour « communications grossièrement offensantes » en raison d’un commentaire qu’il a fait sur Facebook au sujet des soldats britanniques tués en Afghanistan, qui disait: « tous les soldats devraient mourir et aller en enfer ». La juge de district Jane Goodwin, en arrivant à la condamnation, a noté que le test était de savoir si ce qui était écrit était «au-delà de ce qui est tolérable dans notre société». En Australie, un musulman qui a envoyé des lettres jugées offensantes à la famille de soldats décédés a été condamné l’année dernière en vertu des dispositions du code pénal susmentionnées. Ce ne sont là que deux des nombreux exemples qui peuvent être cités.

Je soutiens que le principe de la liberté d’expression est utilisé de manière sélective en tant qu’outil politique. Qui décide quand et comment qualifier la liberté d’expression ? Qui décide quand doit-on se soumettre ? La vraie question n’est donc pas celle de la liberté. Il s’agit de savoir jusqu’où la puissance peut aller. Il s’agit de pouvoir utilisant la notion de liberté pour étendre et renforcer sa portée.
Les ultra-libéraux peuvent dire ici qu’ils ne sont pas d’accord avec toutes ces lois et ces cas et qu’ils maintiennent la liberté d’expression absolue pour tous – sans réserve, carte blanche. Mais une telle position est-elle propice à la société? Accepterions-nous que les Blancs utilisent le «mot n» contre les Noirs ? Ou une personne criant « Feu ! » dans un théâtre bondé ? Ou un élève insultant son professeur, ou un enfant son parent ? Chacun apprend à ses enfants à respecter les autres, à ne pas insulter. Pourquoi ? Cela ne fonctionne pas dans les deux sens…

Certains oublient peut-être que même dans la tradition occidentale, la liberté d’expression était considérée comme une valeur fondamentale à des fins spécifiques : permettre la profession d’idées, la recherche de vérités et la capacité de demander des comptes au gouvernement. Est-ce que l’une de ces nobles fins – qui sont toutes soutenues dans l’Islam, devrais-je m’empresser d’ajouter – exige-t-elle la liberté d’insulter ? Ou l’insulte, en fait, va-t-elle à l’encontre du but même de ces fins ? Tout cela n’est pas de La liberté d’expression ou du faite d’insulter mais, soyons honnêtes, très honnêtes la raison pour laquelle ce débat sur la liberté d’insulter les autres est toujours vivant est que le libéralisme laïc a dominé à la fois l’Est et l’Ouest, non par la force de ses valeurs, mais par la force de ses armées. Le monde musulman a résisté et continue de le faire. Contrairement au christianisme et au judaïsme, qui se sont effondrés sous la force de la laïcité, l’islam ne l’a pas fait. Les terres ont été divisées et colonisées, conquises et exploitées. L’État islamique, le califat, a été démantelé, mais l’esprit islamique est resté. C’est dans un effort pour briser cette résistance que viennent les insultes – pour imposer le libéralisme laïc, pour consolider sa victoire à jamais. Agiter et provoquer, ajouter l’insulte à la blessure. Frapper un homme au sol. Il n’y a pas de gloire dans cela, gloire aucune. Il n’y a aucune gloire à demander à ce que cela soit accepté par les gens.

« Le Monde Libre » cherche à dominer et s’imposer. D’étendre son pouvoir, exploiter les autres et perpétuer son pouvoir militaire, politique et sa violence épistémique : perpétuant les fantasmes orientalistes sur les musulmans enclins à la violence, arriérés, incapables de se gérer afin de jutifier l’interventionnisme. Afin de soutenir des dictateurs comme Hosni Moubarak et le roi Abdallah; détruire des pays entiers par la guerre et l’invasion (Irak, Afghanistan); utiliser des drones sans pilote pour tuer des petites filles en bombardant leur maisons etc etc. « Le Monde Libre » est-il vraiment en mesure de faire la leçon aux autres sur la violence ? Ou sur les valeurs ? Vraiment ?
. C’est le contexte plus large de provocation dans lequel intervient la réaction mondiale des musulmans aux insultes. C’est ici que beaucoup plus d’attention doit être concentrée.
Quand il s’agit de critiquer – par opposition à insulte – je dirais, faites-le. Toute tentative d’annuler ou d’étouffer un débat sérieux est inacceptable en Islam. La critique de toute idée ou croyance est casher. C’est halal. Insulter des croyances ou des personnes ne l’est pas. Critique l’islam autant que tu veux. Écrivez d’un ton mesuré et réfléchi sur les raisons pour lesquelles l’islam n’est pas la vérité ou pourquoi le prophète n’était pas un prophète. De tels livres remplissent les librairies à travers l’Occident tel quel. Allez-y dans les librairies vendeuses de best-sellers. Jamais aucun de ces livres n’a provoqué d’émeute. Mais se moquer, dénigrer, provoquer, agiter, c’est autre chose et c’est inacceptable.

Tout le monde a des lignes qu’ils ne franchiront pas. Toutes les visions du monde et toutes les cultures sont sensibles à certaines choses qui leur sont chères. Dans la culture australienne, par exemple, Jésus est peut-être devenu un jeu équitable, mais l’ANZAC ne l’est pas. La modernité n’a pas supprimé les sainteté; il les a simplement déplacés du religieux au mondain.

Pour conclure, Insulter n’est pas un mode d’interaction acceptable pour les personnes mûres et qui se respectent. C’est le modus operandi des pseudo-intellectuels qui n’ont rien à offrir, aucune intention de s’engager et qui ne s’intéressent qu’à projeter leurs propres insécurités sur les autres. Les insultes n’apportent rien à la société sauf la haine et la division. Cela n’est pas nécessaire afin d’atteindre la vérité, pour ouvrir un enquête, demander de comptes aux gouvernements ou comme mesure coercitive à la société

C’est inacceptable, toutes les croyances et sainteté, TOUTES, doivent être protégées des insultes, y compris ce qui est le plus sacré pour des milliards de personnes dans le monde : Dieu et ses prophètes, que la paix soit sur eux tous. Cela devrait se faire, dans notre contexte actuel, par l’élévation des valeurs et non par l’imposition de la loi. Laissez-moi etre clair à ce propos. Vous ne pouvez pas réglementer la civilité. Vous ne pouvez pas forcer les gens à être respectueux. Il s’agit d’élever la condition humaine – de faire revivre la valeur sacrée et la plus fondamentale de la décence humaine, qui a été érodée par le libéralisme séculier de la manière la plus hideuse. En réalité le faite que nous ayons encore ce débat, pour être tout à fait franc, est une insulte ultime.

Partager:

Leave a reply