L’OCCIDENT APPROCHE SA LIMITE ET L’ISLAM EST DANS SON ÉLAN DE RETOUR! (2/2)

189
0
Partager:

|lire la première partie|

Il n’est pas possible que l’hégémonie audacieuse de l’Occident se poursuive éternellement. Il n’est pas non plus possible pour l’Occident de se réformer tant qu’il est construit sur le faux credo libéral séculaire. Ce credo n’est pas le fruit d’une réflexion et d’une recherche sincères, mais une solution de compromis destinée à prévenir le mouvement matérialiste insurrectionnel qui a été le précurseur du communisme et qui a entrepris une lutte intellectuelle contre le credo chrétien et une lutte politique contre la double tyrannie des rois et du clergé de l’Europe chrétienne, trouvant sa chance à la suite des conflits sectaires en Europe. Incapables de vaincre intellectuellement le matérialisme ou de réprimer l’agitation politique matérialiste, les classes dirigeantes occidentales ont adopté le credo libéral séculaire, compromettant leur religion pour sauver leurs positions de pouvoir.


L’Occident chrétien avait suivi la méthode de pensée du rationalisme grec, qui supposait qu’il était possible de prouver n’importe quelle pensée par l’exercice de la logique, en tirant des conclusions de prémisses générales axiomatiques évidentes choisies pour produire les résultats requis. Non seulement la logique compliquée elle-même était discutable, mais les Grecs supposaient que les prémisses générales ne nécessitaient pas de preuves indépendantes, car ils estimaient que l’esprit était capable de découvrir la vérité par la simple contemplation, indépendamment de la perception des sens ou d’informations antérieures. Par conséquent, toutes les soi-disant preuves chrétiennes de l’existence du Créateur, qu’elles soient cosmologiques, ontologiques ou téléologiques, n’étaient guère plus que des conjectures. Les matérialistes ont pu facilement les contrer avec leurs propres « preuves » qui soutenaient l’éternité de l’univers en utilisant la même méthode du rationalisme grec que celle utilisée par les chrétiens eux-mêmes. C’est en réponse à cela que les penseurs chrétiens ont eu recours à un changement de méthode de pensée, passant du rationalisme à l’empirisme. L’aspect laïque du credo occidental est dû à cette adoption de l’empirisme, selon lequel il n’est possible de connaître définitivement que ce qui est directement ressenti ; la religion étant fondée sur la connaissance de ce qui est au-delà de ce monde, toutes les questions religieuses ont été rendues spéculatives et hors de portée de la discussion intellectuelle, faisant ainsi taire les attaques intellectuelles des matérialistes contre la religion, au prix de la séparation de la religion et de la vie.


Sur le plan politique, les rois et le clergé d’Europe ont longtemps collaboré à l’exploitation des masses, conservant le pouvoir et la richesse pour eux seuls. Les classes dirigeantes occidentales ont contré cette situation en affectant d’adopter elles aussi des éléments de la pensée politique matérialiste. L’aspect libéral du credo occidental provient de l’adoption modifiée de la liberté et de la démocratie matérialistes ; les matérialistes croyaient en un univers éternel déterministe et appelaient à la liberté et à la démocratie afin que l’homme puisse exprimer pleinement les pulsions et les besoins égoïstes bruts qui, selon les matérialistes, constituaient l’intégralité de la nature humaine. En adoptant le libéralisme, l’Occident a pu faire taire les attaques politiques des matérialistes contre l’establishment européen.


Si l’Occident a continué à fonctionner aussi longtemps après un compromis aussi peu glorieux, c’est uniquement en raison de la lenteur avec laquelle il s’est permis de transformer l’héritage des pensées et des règles qui subsistent de l’époque précédente. Cet âge précédent n’était l’héritage ni de Rome ni de la Grèce, mais de l’Islam. L’Occident doit à l’Islam non seulement ses progrès en mathématiques, en sciences physiques et en technologie, mais aussi ses réalisations dans les arts dans leur ensemble, ainsi que dans la pensée, la philosophie et les systèmes de vie, qu’il s’est largement approprié des musulmans, mais qu’il a refondus dans un cadre chrétien non islamique. Il est impossible de savoir quelle a été la contribution réelle de la Grèce au savoir humain, car les archives des civilisations qui l’ont précédée ne sont plus disponibles, par exemple en raison de la perte, dans l’Antiquité, de la grande bibliothèque égyptienne d’Alexandrie. Et bien que Rome ait été la première puissance de son temps, l’effondrement précoce de la moitié occidentale de l’Empire romain, ainsi que de sa capitale d’origine, Rome, a laissé l’Occident dans un état d’arriération non civilisé. C’est en fait la montée de l’Islam qui a fait renaître l’Occident, grâce à son contact avec les musulmans d’Andalousie, où l’Islam a donné naissance à une civilisation étonnamment avancée ; puis grâce au contact avec la civilisation musulmane de Sicile, que les souverains normands ont ensuite transportée en Grande-Bretagne après que les Normands eurent envahi ce pays ; puis grâce à un contact profond avec le cœur de l’Islam pendant les croisades ; et enfin grâce au contact avec l’État ottoman, qui peut être considéré comme la première superpuissance véritablement mondiale, avec une domination totale sur terre et sur mer.

L’Occident a continué à vivre dans l’ombre de l’Islam jusqu’à ce que des faiblesses internes provoquent la chute de l’État ottoman de sa position d’État leader. Ce n’est qu’à ce moment-là, à la fin du XVIIIe siècle, que l’Occident a pu dépasser les musulmans, ses nations entrant dans le rang des grandes puissances et sa civilisation sortant de l’ombre de l’Islam pour suivre une voie très différente et très irréligieuse, ayant déjà fait son mauvais compromis avec la pensée matérialiste. Les faux pas de l’Occident sont évidents pour ceux qui sont capables de voir au-delà de l’endoctrinement et de la propagande occidentale. Le faux credo que l’Occident a adopté continue à éroder tout ce qui restait de bon en lui au contact de l’Islam. Avec chaque nouvelle génération, l’Occident adopte de nouvelles abominations au nom de la liberté et de la démocratie, les jeunes rejetant les normes de leurs aînés, et les aînés étant incapables de reconnaître ou d’accepter les tendances suivies par leurs jeunes. Pour ceux qui sont capables de voir, la civilisation occidentale ne serait pas en mesure de conserver sa suprématie si la civilisation islamique existait comme alternative.
La perte antérieure de l’État islamique de la Khilafah (califat) n’était pas due à un déclin civilisationnel inévitable. Contrairement à l’Occident incrédule, le credo islamique est vrai et reste valable. Il est faux de considérer que les pensées religieuses sont spéculatives. La bonne méthode de pensée est capable de produire des conclusions intellectuelles définitives au-delà de la perception immédiate des sens. Le credo islamique ne dépend ni d’une généralisation inductive spéculative ni d’une prémisse axiomatique non prouvée. Au contraire, le credo islamique élabore une conclusion intellectuelle spécifique définitive à partir de la perception directe et définitive des sens, sans l’intermédiaire d’aucune spéculation. Le déclin de la civilisation islamique n’est pas dû à un défaut quelconque de son credo, mais à l’accumulation de pensées étrangères corrompues entourant le credo, comme des mauvaises herbes s’accumulant autour de racines par ailleurs vivantes et solides.

C’est ce pur credo islamique qui brûle aujourd’hui à travers la décadence accumulée au cours des âges et qui déclenche une nouvelle renaissance au sein de l’Ummah musulmane. Une compréhension renouvelée de la vérité de l’Islam se répand au sein de la Oumma musulmane, tout comme la conscience de la tromperie de l’Occident. Les systèmes de gouvernement islamiques sont de loin supérieurs à ceux développés par l’Occident. C’est le système économique islamique, mis en œuvre dans les terres musulmanes, qui a produit une prospérité inégalée qui a enrichi même l’Occident grâce à son commerce dans les terres musulmanes. C’est le système social islamique qui a créé l’harmonie dans la société musulmane en construisant des familles et des communautés fortes. C’est le système éducatif islamique qui a jeté les bases d’une civilisation fondée sur la connaissance et le savoir, qui a attiré l’élite occidentale dans les pays musulmans. C’est le système de gouvernement islamique qui a permis à des peuples vastes et divers de vivre ensemble dans la paix et la justice, avec la certitude que leurs droits étaient protégés. Et c’est la politique étrangère de l’Islam qui a calmé et stabilisé les affaires internationales, en favorisant la réconciliation politique plutôt que l’engagement militaire et en limitant les guerres à des engagements professionnels entre des armées entraînées.
L’Occident sait désormais qu’il n’a pas réussi à vaincre l’Islam sur le plan intellectuel, et que ce n’est qu’une question de temps avant que l’Islam ne triomphe également sur le plan politique. L’Amérique, le leader actuel de l’Occident, a fait une dernière tentative pour arrêter l’Islam avec sa soi-disant « guerre contre la terreur », en envoyant des centaines de milliers de ses soldats dans les pays musulmans. Mais les armées occidentales n’ont pas réussi à commander les populations musulmanes et ont été contraintes de partir aussi vite qu’il leur était possible de le faire en toute sécurité.

Aujourd’hui, l’Amérique a de nouveau découvert ce que ses prédécesseurs occidentaux incrédules savaient depuis longtemps, à savoir que les musulmans ne peuvent être vaincus sur le champ de bataille. Ainsi, après les désastres de l’Irak et de l’Afghanistan, l’Amérique a adopté un nouveau style, employant les armées des musulmans les unes contre les autres, utilisant la Turquie pour intervenir en Syrie, l’Arabie Saoudite pour intervenir au Yémen et l’Egypte pour intervenir en Libye. Craignant même les pays dirigés par ses propres agents, elle les balance les uns contre les autres, incitant l’Arabie-saoudite contre l’Iran et la Turquie contre l’Égypte. Mais combien de temps l’Occident peut-il maintenir de telles machinations de loin, alors qu’il est incapable de régner directement sur les terres musulmanes. Avec la permission d’Allah, la Oumma musulmane renversera bientôt la classe dirigeante d’agents qui lui a été imposée et rétablira à sa place le juste État islamique de la Khilafah selon la méthode du Prophète (saw), qui restaurera pleinement le mode de vie islamique, unifiera toutes les terres musulmanes, libérera les territoires occupés et s’efforcera une fois de plus de porter la lumière de l’Islam au monde entier.


Par Faiq Najah – Pakistan
Traduit du magazine Al-Waie, numéro 418, Dhul-Qi’dah 1442 AH / juin 2021

Partager:

Leave a reply