Féminisme et colonialisme dans le monde musulman: partie 2

497
0
Partager:

La détérioration des droits des femmes musulmanes sous le régime colonial

Alors que les gouvernements européens ont utilisé une rhétorique féministe pour attaquer le statut « apparemment » inférieur des femmes dans l’Islam, ils ne se souciaient guère de l’assujettissement des femmes dans leurs propres sociétés en Occident, qui se voyaient refuser à l’époque les droits fondamentaux de citoyenneté en matière d’éducation, d’économie, de politique et de droit. En effet, les dirigeants coloniaux tels que Lord Cromer, qui en Égypte a adopté le rôle autoproclamé de libérateur des femmes musulmanes de leur soi-disant « oppression » sous l’Islam, alors qu’en Angleterre, il a été membre fondateur et président de la Men’s League qui s’est opposée au mouvement des ‘suffragettes’ et à leur lutte pour l’égalité des droits juridiques, politiques et économiques. En effet, l’opinion prédominante dans des États tels que la Grande-Bretagne et la France à cette époque était que les femmes étaient biologiquement inférieures aux hommes en termes d’intellect et de rationalité. Même les penseurs occidentaux tels que Voltaire, Rousseau, Diderot et Montesquieu avaient décrit les femmes comme incapables par nature de développer toute faculté de raisonnement. Ils les avaient dépeintes comme des créatures d’émotion et donc inadaptées à la sphère publique. Rousseau avait soutenu que les capacités des hommes et des femmes étaient différentes et que c’est ce qui définissait leurs rôles, de sorte que les hommes devenaient des citoyens et les femmes des épouses et des mères. À l’époque, les femmes perdaient également toute existence légale lors du mariage, leurs biens et leurs richesses étaient placés sous l’autorité de leur mari, et elles se voyaient refuser le droit de demander le divorce même dans le cadre d’une relation abusive.

À propos de cette vision basse et du mauvais traitement des femmes par les dirigeants européens dans leurs propres pays, Leila Ahmed écrit : « Même si l’establishment masculin victorien a élaboré des théories pour contester les revendications du féminisme,  a tourné en dérision et rejeté les idées du féminisme et la notion d’oppression des femmes par les hommes par rapport à lui-même, il a capté le langage du féminisme et l’a réorienté au service du colonialisme vers d’autres hommes et les cultures d’autres hommes ». Par conséquent, le féminisme sur le front intérieur de l’Occident a fait l’objet d’une résistance alors qu’il était exporté à l’étranger et utilisé contre l’Islam. Il illustre donc clairement que tout discours sur les droits des femmes musulmanes par les puissances européennes est né d’une simple volonté coloniale de dominer les terres musulmanes plutôt que d’une noble intention altruiste d’améliorer la vie des femmes de la région.

Il n’est donc pas surprenant que les droits des femmes musulmanes se soient détériorés plutôt qu’améliorés sous le régime colonial. Premièrement, la pénétration économique européenne dans le monde musulman a eu un impact négatif sur les femmes ouvrières rurales et urbaines. Les importations de textiles européens, par exemple, ont inondé le marché égyptien, ce qui a eu un impact négatif sur l’industrie textile locale en raison de la concurrence avec les produits occidentaux. Dans de nombreux pays musulmans, la production textile a été pendant des siècles un domaine dans lequel les femmes ont été employées et ont pu gagner un bon revenu. Cependant, grâce aux réformes économiques européennes, des pays comme l’Égypte sont devenus principalement un exportateur de matières premières telles que le coton et un importateur de produits finis européens. Cela a naturellement entraîné un déclin de l’emploi, des affaires et des revenus des femmes locales travaillant dans l’industrie. De même, les femmes de Syrie et d’Alep employées dans l’industrie du coton ont perdu leur position importante dans le secteur en raison des importations de fils et de colorants européens. D’autres commerçants locaux ont également été touchés, les commerçants locaux ayant été écartés en raison des entreprises européennes. Les femmes qui ont investi dans le commerce local ont donc également été touchées.

Deuxièmement, sous l’occupation coloniale britannique en Égypte, l’éducation et la formation des jeunes filles et des femmes musulmanes dans divers domaines ont été réduites au minimum, ce qui a réduit leurs possibilités d’emploi. Lord Cromer, par exemple, a imposé des restrictions aux écoles publiques égyptiennes et a augmenté les frais de scolarité, ce qui a naturellement freiné l’éducation des filles. Il a également découragé la formation des femmes médecins en fermant l’école des « Hakimas » qui avait donné aux femmes autant d’années de formation médicale que les hommes en recevaient à l’école de médecine, la limitant à la profession de sage-femme. Il a affirmé : « Je suis conscient que dans des cas exceptionnels, les femmes aiment être suivies par des femmes médecins, mais je pense que dans le monde civilisé, la présence d’hommes médecins est toujours la règle ». En outre, les colonisateurs ont introduit des femmes britanniques dans la main-d’œuvre égyptienne dans les domaines de l’éducation et des soins de santé. Cela a réduit les possibilités d’emploi des femmes musulmanes dans ces secteurs tout en augmentant simultanément la dépendance des colonisés vis-à-vis de leurs colonisateurs pour les enseignants et les soignants.

Troisièmement, l’imposition des lois britanniques au monde musulman a privé les femmes de la région des droits que leur confère la charia et dont elles jouissaient sous la domination islamique. Noah Feldman, professeur de droit à l’université de Harvard, a écrit dans l’édition 2008 du New York Times Magazine, à propos de « l’application de la charia » : « En ce qui concerne le sexisme, la «common law» (des pays européens) a longtemps refusé aux femmes mariées tout droit de propriété ou même toute personnalité juridique en dehors de leur mari. Lorsque les Britanniques ont appliqué leur loi aux musulmans à la place de la charia, comme ils l’ont fait dans certaines colonies, le résultat a été de dépouiller les femmes mariées des biens que la loi islamique leur avait toujours accordés ».

Tout cela montre clairement que l’attaque historique des politiciens et des gouvernements européens contre les lois sociales islamiques et le statut des femmes dans la charia n’avait rien à voir avec la promotion des droits des femmes. Elle n’avait pas non plus de rapport avec les véritables problèmes auxquels les femmes musulmanes étaient confrontées à l’époque. Elle était sans équivoque uniquement motivée par la défense des intérêts politiques coloniaux dans le monde musulman. L’accusation selon laquelle l’islam et la domination islamique opprimaient les femmes alors que le système laïque occidental les libérait de l’assujettissement n’était donc rien d’autre qu’un récit faux, trompeur et égoïste née d’une volonté coloniale de dominer la région. Les attaques actuelles contre « Les femmes et la charia » par les politiciens, les gouvernements et les institutions occidentales reproduisent cette même stratégie.

Partager:

Leave a reply