le voisinage – housn al-djiwaar

1255
0
Partager:

La prescription légale islamique portant sur le voisinage (housn al-djiwaar)

L’homme est certes un être social. Cela provient de son instinct de survie. Cet instinct pousse l’homme à rechercher la sécurité. Il est aussi naturel pour l’Homme de vivre en communauté plutôt que de vivre de manière isolée. Vu que vivre en communauté donne à l’homme ce sentiment de sécurité. C’est ce que l’Homme a fait depuis la nuit des temps.

Vivre en communauté se manifeste de jour en jour dans cette relation qui est celle du voisinage. Ce qui est problématique, c’est la manière par laquelle l’Occident a organisé cette relation, car elle ne réalise pas l’objectif que l’Homme vise par la vie en communauté. Libre à chacun de vouloir s’engager dans cette relation ou non. Et à cause de l’individualisme, il est tout à fait normal de ne pas avoir de relation avec ses voisins, ou même de ne pas connaitre ses voisins. Par conséquent, ce sentiment de sécurité que l’Homme tente de créer en vivant en communauté ne s’atteint pas. Cette organisation occidentale de la relation de voisinage est même à l’origine de beaucoup de malaises et d’agitations. Des voisins vivent les uns avec les autres et ils ne se connaissent pas, le résultat en est que la méfiance s’installe. Pendant que la confiance est nécessaire pour une communauté saine. Lorsque les voisins ne se connaissent pas, l’apathie qui s’installe, alors que la bienveillance est tout autant nécessaire.

L’islam est une législation révélée qui organise les relations entre les gens, et donc aussi la relation entre les voisins. Il l’organise de sorte qu’à partir des relations de voisinage découlent des communautés saines. Des communautés où règne la quiétude parce que les gens se connaissent, se font confiance et s’entraident. Le Messager SAAWS a dit : « parmi les choses qui sont sources de joie sont le bon voisin, la bonne monture, et une maison spacieuse » rapporté par Ahmed, al Mundhiri et al Haythami.

En islam le voisinage est un terme vaste. Hassan Al Basri rapporte que Al-Hassan ibn Ali fut interrogé sur qui est précisément un voisin. Al Hassan répondit la dessus : « tes voisins son quarante maisons devant toi, quarante maisons derrière toi, quarante maisons à ta droite et quarante maisons à ta gauche. » Al Boukhari, al Adab al Moufrad. De cette parole nous devons comprendre que les droits et les devoir en relation avec le bon voisinage sont en rapport avec la communauté dans laquelle nous vivons, et non uniquement le voisin direct à la gauche et à la droite de notre domicile.

L’islam a prescrit le fait de prendre soin de ses voisins comme étant une grande obligation. Le Messager SAAWS a dit : « Jibril ne cessa d’insister sur le bon comportement envers les voisins, jusqu’au point que j’ai cru qu’il allait m’ordonner d’en faire mes héritiers » rapporté par Al Boukhari.

Allah SWT cite ici le fait de prendre soin de ses voisins avec le fait avec le fait de l’adorer exclusivement. Ce qui démontre l’importance donné à ce sujet.

Nous trouvons également dans la Sounna du Messager SAAWS l’importance de cette prescription de se préoccuper des voisins. En effet, le Messager SAAWS compare cette tâche à la foi. Le Messager SAAWS dit :  « Par celui qui détient mon âme, un serviteur d’Allah n’aura pas cru jusqu’à ce qu’il souhaite pour son voisin ou son frère, ce qu’il souhaite pour lui-même. »

Le Messager SAAWS dit aussi :  « Celui qui croit en Allah et au jour dernier, qu’il soit bien avec ses voisins. » Rapporté par Mouslim ; et « qu’il honore son voisin » dans la version de Al-Boukhari.

L’absence de bon voisinage peut causer des problèmes et de la nuisance aux voisins, ce qui fut comparé de nombreuses fois dans la Sounna à l’absence de la foi. Ainsi Abou Hourayra a rapporté que le Messager SAAWS fut interrogé :  « O messager d’Allah, une femme prie durant la nuit, jeune durant la journée, agit et donne l’aumône, mais elle fait du tort à ses voisin à travers sa langue. Le Messager SAAWS dit : il n y à point de bien en elle. Elle est parmi les gens de l’enfer. » Rapporté par Al-Boukhari

Abou Hourayra rapporte aussi que le Messager SAAWS a dit : « Celui dont les voisins ne sont pas en sécurité de son mauvais comportement, il n’entrera point les Jardins (du Paradis). Rapporté par Al-Boukhari. Et Abou Hourayra a rapporté que le messager d’Allah SAAWS a dit : « Celui qui croit en Allah et dans l’Au-Delà, qu’il ne cause point de tort à son voisin. » Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim.

Tout ceci signifie pratiquement que le musulman doit prendre soin de ses voisins, et ne pas leur faire du tort ni les nuire. Une des manières de prendre soins de ses voisins c’est de partager de la nourriture. Abou Dhar a rapporté que le Messager d’Allah SAAWS a dit : « Quand vous cuisinez une sauce, rajoutez de l’eau et donnez-en une partie à vos voisins. » Rapporté par Mouslim.

Dans une situation normale cet acte est recommandé (mandoub). Mais partager sa nourriture avec les voisins devient une obligation sur le musulman lorsqu’ un de ses voisins subit la famine. Le Messager SAAWS a dit à ce sujet : « N’est pas croyant celui qui mange pendant que son voisin souffre de faim. » Rapporté par Al-Boukhari, Al Hakim et Al Bayhaqi

Parmi les autres choses qu’un musulman doit faire envers ses voisins : notamment les visiter lorsqu’ils sont malades ; nettoyer les insalubrités des chemins qui pourraient causer une nuisance aux voisins ; les saluer et leur adresser des paroles sympathiques ; montrer du respect pour leur humanité. Tout ceci fut accompli par le Messager d’Allah SAAWS comme modèle pour les gens.

A remarquer que l’islam ne différencie pas selon qu’il s’agisse d’un voisin musulman ou non-musulman. Aicha RA a rapporté qu’elle a dit au Messager SAAWS : « Ô Messager, j’ai deux voisins, a qui devrait-je donner un cadeau ? Il répondit à celui dont la porte est la plus proche. » Rapporté par Al-Boukhari. Les paroles dans cette narration sont généraux dans leur sens et donc s’applique à l’ensemble c.à.d. à l’ensemble des voisins.

Il n y point d’excuse pour ne pas se comporter de telle manière avec ses voisins. Même si les voisins eux ne rendent pas ce bon comportement et agissent de mauvaise façon. Il incombe toujours au musulmans d’agir comme il fut ordonné par Allah.

Pour conclure, il est de grande importance que le musulman réalise que l’islam n’a pas uniquement ordonné le bon comportement avec les voisins en laissant l’Homme déterminer ce que ce bon comportement doit être. L’islam a ordonné une chose et a spécifié ce qu’elle comporte précisément. Etre bien avec ses voisin, ce n’est pas faire ce qui le voisin attend de vous en tant que musulman. Etre bien, c’est ce qu’Allah attend de vous. Le musulman ne peut donc en aucun cas transgresser les prescriptions d’Allah dans sa tentative de bien se comporter avec son voisin. Il ne peut donc penser qu’ une chose illicite (haram) devienne pour une fois licite (halal) parce que l’objectif derrière serait le bon comportement envers le voisin. Le musulman ne peut donc transgresser la loi d’Allah malgré que ceci aurait supposément pu améliorer sa relation avec ses voisins non-musulmans.

Peu importe ce que les voisins musulmans ou non-musulmans font, nous devons en tant que musulmans uniquement suivre les prescriptions d’Allah. Que cela plaisent ou pas aux gens autour de nous.

Partager: