Qu’est il arrivé 20 ans après la guerre contre le « terrorisme » ?

195
0
Partager:

Vingt ans se sont écoulés depuis que l’Amérique a déclaré ce qu’elle a appelé une « guerre contre le terrorisme » à la suite des attentats du 11 septembre contre les tours du World Trade Center à New York en 2001, après quoi l’Amérique a occupé l’Afghanistan et l’Irak. Et voici l’Amérique aujourd’hui, se retirant d’Afghanistan, traînant les ficelles de la défaite, laissant derrière elle ceux qui lui faisaient confiance, se lamentant sur le terrain de l’aéroport de Kaboul.

Il y a vingt ans, le monde a vu de ses propres yeux comment la « guerre contre le terrorisme » n’était qu’un faux prétexte américain ; le but derrière cela était de lancer une campagne militaire et politique historique pour envahir les pays islamiques, subjuguer leurs peuples, piller leurs richesses et les dominer. Ou, comme l’a décrit le président américain George W. Bush lorsqu’il l’a annoncé, une « croisade ».

Quant à l’aspect militaire, l’Amérique a directement occupé l’Afghanistan et l’Irak, et sous prétexte de cette occupation, elle a déployé d’énormes bases militaires dans les pays du Moyen-Orient et dans les pays d’Asie du Sud et centrale. Ensuite, il a utilisé l’élan de cette présence militaire, en plus de sa pénétration de nombreuses organisations armées en s’imposant sur chaque conflit armé ou tension qui surgit dans l’un des pays de cette région, si l’Amérique elle-même n’était pas celle qui a agité ce conflit pour justifier son intervention.

Quant à l’aspect politique, l’Amérique a imposé à tous les gouvernements des pays musulmans la formulation de lois et d’amendements aux politiques du pays qui interdisent et criminalisent directement et indirectement les aspects fondamentaux de la loi islamique, et ont même poussé à l’introduction de valeurs plus occidentales dans les pays islamiques. Les termes et concepts de djihad ont été supprimés, l’éducation sexuelle a été introduite dans les programmes scolaires, les lois sur la famille ont été modifiées et les associations homosexuelles ont été légalisées. Sous prétexte de combattre le takfir et l’extrémisme, le rôle des fatwas et des assemblées d’oulémas a été soumis à une pression constante pour dire que les musulmans et les non-musulmans sont égaux dans la foi.

Ensuite, pour que l’Amérique puisse s’assurer que les musulmans ne se soulèveraient pas face à elle et pour protéger sa croisade de la réaction de la Oumma islamique dans d’autres pays musulmans, et pour fermer la porte à la sympathie d’autres peuples avec la Oumma islamique, l’Amérique a fait pression sur les gouvernements du monde sous le titre « soit avec nous, soit avec les terroristes » pour qu’ils participent à la campagne visant à déformer l’Islam. Il a établi la prison de Guantanamo, et à partir de celle-ci, des clips vidéo ont été diffusés pour humilier les musulmans qui y étaient détenus, de sorte que cette méthode de traitement est devenue un exemple à suivre pour le reste des gouvernements du monde face aux musulmans. Ainsi, cela a frappé moralement les musulmans du monde entier et les a maintenus dans le box des accusés, et il s’est imposé à chaque musulman de prouver au monde qu’il n’est pas un terroriste extrémiste et pas un ennemi de l’humanité ! Cette campagne a donné le feu vert aux dirigeants musulmans traîtres pour opprimer et persécuter les musulmans, supprimant des prêcheurs, fermant des associations et tout jeune homme ou femme suspecté de défendre le jihad contre les armés d’occupation américaine ou voulant le jugement des lois divines dans leurs vies. Lorsque l’Amérique s’est heurtée à la férocité de la résistance en Afghanistan et en Irak, elle a eu recours à ses politiciens, comme John Negroponte, qui a comploté pour elle « l’option Salvador » qui consiste à opposer les peuples du pays les uns contre les autres, et a instauré lessemblables comme Pervez Musharraf au Pakistan, Hamid Karzai en Afghanistan et Nuri al-Maliki en Irak pour le mettre en œuvre. Ce sont des politiques diaboliques.

La situation est restée ainsi jusqu’à l’arrivée des révolutions du printemps arabe, apportant avec elles une bouffée d’espoir sincère de libération des dirigeants fantoches. La vitalité de la Oumma est apparue avec elle, et tous ceux qui pleuraient ou souhaitaient sa mort mentaient. Comme tout problème majeur de la Oumma, l’Islam est passé au premier plan, et la Oumma a commencé à penser à appliquer à nouveau la loi islamique, et elle a commencé à scander sur les places, « Notre chef est pour toujours, notre maître Muhammad », jusqu’à ce que le Khilafah (Califat) soit devenu une opinion publique parmi les musulmans, et le printemps arabe s’est presque transformé en un printemps islamique. L’Occident est devenu fou, avec l’Amérique à sa tête. Ces révolutions, dont l’histoire n’avait jamais été témoin auparavant, annonçaient le renversement de la situation sur tout ce que l’Occident avait construit pendant des décennies de colonialisme. L’Amérique a presque fait du printemps arabe un complot diabolique, et a d’abord prétendu à tort qu’elle était en faveur des révolutions, puis a cherché à en faire une guerre contre le terrorisme afin de la détruire, jusqu’à ce que le président américain Obama dise que la blancheur sur sa tête est à cause des réunions du Pentagone sur la révolution en Syrie ! L’Amérique et ses agents ont écrasé les villes de la Oummah islamique, tuant des millions et déplaçant des dizaines de millions, et les massacres sont devenus des nouvelles quotidiennes, et les prisons bourdonnaient de torture et de viol. Les révolutionnaires ont été amenés avec des escadrons de la mort du monde entier, et les gouvernements de la région ont été mis à contribution pour entasser les révolutions dans les couloirs de la politique et des concessions.

Le point de vue de l’Occident sur la Oumma islamique est purement colonial, et la Oumma ne pourra pas affronter l’Occident à moins qu’elle ne décide de le traiter comme des puissances coloniales qui doivent être déracinées de nospays. De même, les dirigeants musulmans d’aujourd’hui, détiennent les clés du pays et ouvrent leurs portes au colonialisme ; si les clés du pays ne leur sont pas retirées, nous continuerons à recevoir des coups de poignard dans le dos de leur part et à en payer le prix en vies et en honneur.

Donc que faisons-nous maintenant? La réponse est de renverser la vapeur sur le colonialisme et de retirer son influence des pays musulmans, et de se rendre compte que toute autre solution est un jugement sur la Oumma islamique à rester, un but pour lequel l’Occident se bat ! Allah (swt) a dit :

[يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آمَنُواْ لاَ تَتَّخِذُواْ الْكَافِرِينَ أَوْلِيَاء دُونِ الْمُؤْمِنِينَ أَتُرِيدُونَ أَن تَجْعَلُواْ لِلَّهِعَلَيْكُمْ سُلْطَاناً مُّبِيناً]

« O croyants ! Ne prenez pas les mécréants comme alliés au lieu des croyants. Voudriez-vous donner à Allah une preuve solide contre vous-mêmes ? » [4:144]

Quant à qui peut le faire, ce sont les gens de pouvoir et de protection qui sont capables de reconquérir un pouvoir réel dans les pays musulmans. Allah (swt) a dit :

[وَحَرِّضِ الْمُؤْمِنِينَ اللَّهُ الَّذِينَ اْ وَاللَّهُ بَأْساً وَأَشَدُّ تَنكِيلاً]

« Et encouragez les croyants [à se joindre à vous] afin qu’Allah retienne peut-être la puissance [militaire] de ceux qui ne croient pas. Et Allah est plus grand en puissance et plus fort en châtiment [exemplaire]. [4:84]

Quant à savoir comment cela peut être fait, c’est en créant une opinion publique qui fait pression sur la Oumma islamique ,sur les personnes fortes et protégées pour qu’elles craignent Allah et prennent parti dans le camp de la Oumma islamique. Allah (swt) a dit :

[وَقِفُوهُمْ إِنَّهُم مَّسْئُولُونَ]

« Et les retenir, car ils doivent être interrogés. » [37:24]

Hizb ut Tahrir est avec vous et parmi vous, et il s’est préparé lui-même et ses membres pour l’établissement du deuxième Khilafah Rashidah (califat bien guidé) sur la méthode de la prophétie, et il a placé entre vos mains une culture islamique de la gouvernance et de l’administration, ce qui fera du Khilafah, peu après sa création, le premier État en compétition pour la direction du monde, si Allah le veut.

Ing. Salah Eddine Adada

Directeur du Bureau central des médias de Hizb ut Tahrir

Communiqué de presse

5 Safar 1443 – Dimanche 12 septembre 2021

N° : AH / 005 1443

(Traduit

Partager:

Leave a reply