La pensée défaitiste: « C’est notre faute »

1865
0
Partager:

Certains pensent:

Je ne peux pas parler ou me dresser contre l’injustice, la discrimination et la montée de l’islamophobie dans la société qui est aidée par les politiques du gouvernement parce que nous sommes en tant que communauté à blâmer pour cette situation que nous avons crée.

Par conséquent, nous ne devrions pas parler au gouvernement des préoccupations de la communauté musulmane.

 

Réponse pour mettre fin a cette état d’esprit de ceux qui ne croient pas à la victoire et qui préconisent l’abandon du combat :

Ce genre de pensée est façonnée par la peur et la faiblesse. Sans aucun doute, la communauté musulmane a un ensemble de défis interne qui doivent être abordés, mais cela ne la dispense pas de faire face aux pressions sociales, politiques et religieuses auxquelles elle est confrontée en permanence à cause de, par exemple:

1. Les attaques contre les symboles islamiques (voiles, foulards, minarets, etc.).

2. Laisser les médias créer et soutenir la « panique » et la « peur » qu’elle façonne sur l’islam et les musulmans.

3. Laisser des projet politiques et des projets de lois qui ciblent spécifiquement les croyances musulmanes, ses valeurs et son mode de vie.

4. Laisser sans réponses les accusations constante e ne pas intégrer et adopter les valeurs occidentales. Etc.

 

Ainsi, bien qu’il y ait quelques idées dangereuses qui enhardissent les musulmans vulnérables à commettre des actes de violence qui sont carrément à l’encontre des enseignements islamiques, cela ne signifie en aucun cas qu’il n’y a pas d’autres facteurs qui ont contribué à la création du climat intérieur actuel. De nombreux facteurs ont conduit à la montée de la haine anti-musulmane en Europe et en Amérique, tels que:

1. La dégradation de situation socio-économique (criminalité, le chômage, la privation des droits, etc.).

2. La politique étrangère et les événements politiques dans le monde (guerres, occupations, etc.).

3. La montée des idées de l’extrême droite (le racisme, le fascisme, etc.).

4. La visibilité croissante de l’islam dans la société (écoles, mosquées, vêtements, boutiques, etc.).

5. Le discours divisé envers les musulmans de la part des députés et du gouvernement.

6. Pérennisation des mythes sur l’islam et les musulmans.

7. La discrimination et les doubles discours envers les musulmans, etc.

 

Cette idée a été pesée dans la balance, et a été trouvée trop légere!

Partager: