féminisme et colonialisme 3ième partie: l’ère actuelle

376
0
Partager:

Les attaques aux temps modernes contre les femmes et la charia : reproductions des agendas coloniaux historiques

Historiquement, les dirigeants coloniaux occidentaux ont construit et largement propagé le récit de l’assujettissement des femmes à l’Islam pour légitimer leur occupation des terres musulmanes et pour saper la gouvernance islamique afin de maintenir leur domination sur la région et ses ressources. À l’époque moderne, les hommes politiques et les gouvernements occidentaux continuent d’utiliser la rhétorique des « droits de la femme » et le cri de ralliement « sauver la femme musulmane de l’oppression de la charia » comme outil pour justifier moralement les interventions coloniales dans le monde musulman, ainsi que pour lutter contre la résurgence mondiale de l’Islam et le rétablissement du Khilafah, en reproduisant la stratégie de leurs ancêtres.

L’invasion de l’Afghanistan et de l’Irak sont des exemples récents où le discours sur les droits des femmes et les mensonges concernant les mauvais traitements infligés aux femmes en vertu de la charia ont été utilisés par les dirigeants occidentaux et leurs partisans pour étayer les arguments moraux en faveur de la guerre et justifier la poursuite des occupations. Ils ont également été utilisés pour réaliser leur vision d’un modèle de ces pays selon les règles laïques occidentales et loin de la gouvernance islamique. Laura Bush, par exemple, l’épouse de l’ancien président américain George Bush, a déclaré dans un discours radiophonique en 2001, au début de la guerre contre l’Afghanistan : « En raison de nos récents progrès militaires dans une grande partie de l’Afghanistan, les femmes ne sont plus emprisonnées dans leurs maisons. Elles peuvent écouter de la musique et l’enseigner à leurs filles sans craindre d’être punies… la lutte contre le terrorisme est aussi une lutte pour les droits et la dignité des femmes ». Cherie Blair, l’épouse de l’ancien Premier ministre britannique Tony Blair, exprimant un soutien similaire à l’intervention, a déclaré en 2001 : « Les femmes en Afghanistan ont le droit comme les femmes de tous les pays d’avoir les mêmes espoirs et aspirations que nous et nos filles : une bonne éducation, une carrière en dehors de la maison si elles le souhaitent ; le droit aux soins de santé et, bien sûr, le plus important, le droit à ce que leur voix soit entendue ». Ces femmes occidentales très en vue ont été rejointes en chœur par divers groupes féministes qui soutiennent la guerre, notamment l’importante organisation féministe américaine fondée par Eleanor Smeal, « Feminist Majority », qui a mené une campagne intensive contre ce qu’elle considère comme des mauvais traitements barbares envers des femmes afghanes en vertu des lois de la charia. Les actions de ce groupe ont été décrites par beaucoup comme ayant joué un rôle essentiel dans l’obtention d’un large soutien en faveur de la « guerre contre le terrorisme ». En effet, les anthropologues sociaux américains Saba Mahmood et Charles Hirschkind ont noté que la relation entre l’administration néoconservatrice Bush et certaines féministes américaines était réciproque et intime. Ils ont déclaré : « Au moment où la guerre a commencé, on pouvait trouver des féministes comme Eleanor Smeal en train de discuter confortablement avec le général de leur enthousiasme commun pour l’opération Enduring Freedom et la possibilité que des femmes pilotes réquisitionnent des F-16 ».

Cependant, ces organisations, individus, ou même des institutions comme l’ONU qui ont également apporté leur soutien à l’invasion ont notamment exprimé peu de préoccupations quant à l’effet paralysant que les sanctions imposées à l’Afghanistan en vertu de la résolution 1267 du Conseil de sécurité de l’ONU avaient eu sur les femmes du pays avant la guerre ; ou que d’innombrables vies de femmes afghanes, de leurs familles et de leurs enfants ont probablement été perdues dans cette entreprise ; ou que les gouvernements occidentaux soutenaient l’Alliance du Nord au pouvoir dans le pays – une bande de seigneurs de la guerre qui avait un passé notoire de viols et d’abus sur les femmes ; ou que le bombardement de l’Afghanistan par l’Occident au milieu d’une sécheresse de trois ans exposait les femmes du pays à un risque accru de famine en raison de l’entrave à l’acheminement de l’aide alimentaire. Tout cela illustre un manque de préoccupation réelle pour le bien-être des femmes afghanes, tout comme les conditions infernales créées à la suite de l’occupation qui a entraîné la mort, les blessures et le déplacement de dizaines de milliers de femmes afghanes et a créé une société de non-droit avec des niveaux d’enlèvements, de viols et de violence contre les femmes en spirale. Selon l’ONU, 5000 personnes ont été tuées au cours des 6 premiers mois de 2014 seulement, les décès et blessures de femmes et d’enfants causés par des engins explosifs improvisés ont augmenté de 38% au cours du premier semestre 2013. Il y a maintenant 1,5 million de veuves de guerre dans le pays.

En outre, comme ce fut le cas pour le régime colonial du monde musulman dans le passé, les conditions de vie des femmes en Afghanistan n’ont pas pu s’améliorer à la suite de cette intervention coloniale des temps modernes. En fait, dans de nombreux cas, elles se sont même détériorées. Aujourd’hui, 36 % des Afghans vivent dans une pauvreté extrême. 8,5 millions de personnes, soit 37 % de la population, sont à la limite de l’insécurité alimentaire et on constate une augmentation du nombre de femmes s’immolant par le feu en raison du désespoir financier. Une femme meurt toutes les deux heures dans le pays en raison des décès maternels résultant d’un système de santé pitoyable et le taux d’alphabétisation des femmes n’est que de 12 %. Tout cela s’est accompagné d’un nombre élevé de pratiques non islamiques telles que les mariages forcés et les crimes d’honneur qui ont pu se développer sous un régime et un système laïc inspiré par l’Occident. C’est là le véritable héritage durable pour les femmes afghanes de 13 années de politiques coloniales occidentales dans le pays où le discours sur les droits des femmes n’a été qu’un écran de fumée pour dissimuler des motifs politiques coloniaux ultérieurs dans la région.

Malgré tout, plus d’une décennie après le début de la guerre, les politiciens occidentaux ont continué à soutenir de manière absurde que l’intervention occidentale en Afghanistan avait amélioré la vie de ses femmes  tout en exploitant sans vergogne les discours sur les droits des femmes afghanes pour justifier la poursuite de l’occupation du pays. En novembre 2013, au moment où les États-Unis tentaient de convaincre l’opinion publique américaine et afghane de la nécessité de maintenir certaines forces de combat américaines dans le pays, John Kerry, secrétaire d’État américain, et Hiliary Clinton, ancienne secrétaire d’État, soutenaient également avec insistance que les États-Unis devaient rester engagés dans la lutte pour les droits des femmes en Afghanistan, mettant en garde contre les dangers que courraient les femmes afghanes après le retrait des troupes américaines du pays en 2014. John Kerry, dans son discours à Georgetown, a affirmé que les femmes et les filles afghanes avaient fait de grands progrès depuis 2001, bénéficiant d’un meilleur accès à l’éducation et aux soins de santé. Il a déclaré : « Alors que l’Afghanistan voit des femmes se lever, prenant le contrôle de l’avenir de leur pays, non seulement pour elles-mêmes, mais pour tous les Afghans, nous devons être déterminés à ce qu’elles ne soient pas seules. L’Amérique se tiendra à leurs côtés pour façonner un Afghanistan fort et uni, qui lui assurera une place légitime dans la communauté des nations ». Hillary Clinton a déclaré : « …nous sommes bien conscients qu’il s’agit d’un tournant important pour tout le peuple afghan, mais en particulier pour les acquis, durement acquis, dont les femmes et les enfants ont pu bénéficier ». Et ce, malgré le cauchemar que la présence des troupes américaines a causé aux femmes afghanes pendant plus d’une décennie. Tout cela montre que, comme pour la prééminence historique de l’Occident, la rhétorique et les campagnes féministes relatives au monde musulman continuent d’être utilisées par les gouvernements occidentaux laïcs modernes à des fins purement coloniales.

Lorsque la guerre contre la terreur s’est déplacée en Irak, les dirigeants occidentaux ont une fois de plus utilisé le langage du féminisme et une préoccupation apparente pour les droits des femmes irakiennes pour justifier le bombardement du pays. Le président Bush, par exemple, lors de la Journée internationale de la femme en 2004, près d’un an après le début de l’invasion, s’est adressé à 250 femmes du monde entier réunies à la Maison Blanche en déclarant : « L’avancée des droits des femmes et l’avancée de la liberté sont finalement inséparables ». Le président a affirmé que « l’avancée de la liberté dans le grand Moyen-Orient a donné de nouveaux droits et de nouveaux espoirs aux femmes de cette région ». En 2005, le Premier ministre britannique Tony Blair qui s’opposait à la domination islamique afin de justifier la poursuite de l’occupation britannique de l’Afghanistan et de l’Irak, a déclaré : « Ils exigent … l’établissement effectif d’États de talibans et de la loi de la charia dans le monde arabe en vue d’un califat unique de toutes les nations musulmanes. Nous n’avons pas à nous demander quel type de pays ces États seraient… Les filles ne seront pas scolarisées. Les femmes se voient refuser des droits même rudimentaires… Tout cela justifié par référence à la foi religieuse. »

Cependant, comme pour l’Afghanistan, les dirigeants et les gouvernements occidentaux ne se sont pas préoccupés des droits des femmes irakiennes en raison de l’impact négatif que 13 ans de sanctions de l’ONU ont eu sur les femmes du pays et leurs familles. Ces sanctions ont entraîné des niveaux élevés de malnutrition, la généralisation de maladies, la paralysie du système de santé dans le pays, la détérioration de l’éducation des femmes en raison de la situation économique en déclin et des centaines de milliers de décès d’enfants.

Dans le cadre de l’effort de guerre, les gouvernements américain et britannique ont également financé, créé et soutenu activement un certain nombre de groupes féministes irakiens. Par exemple, lors d’une conférence de presse tenue deux semaines avant l’invasion de l’Irak, le sous-secrétaire d’État aux affaires mondiales de l’époque, Paula Dobriansky, a déclaré : « Nous sommes à un point critique dans nos relations avec Saddam Hussein. Quoi qu’il en soit, il est clair que les femmes d’Irak ont un rôle essentiel à jouer dans la future relance de leur société ». À ses côtés se trouvaient des membres de « Femmes pour un Irak libre », un groupe composé de femmes irakiennes exilées et formé en janvier 2003 pour sensibiliser aux persécutions dont les femmes sont victimes sous Saddam Hussein. Le mouvement a reçu un financement de la Fondation pour la défense des démocraties, basée à Washington, dont le président, Clifford May, était un ancien agent du Parti républicain et dont le conseil d’administration était composé d’éminents néoconservateurs. Le Département d’État américain a également rendu public les abus subis par les femmes sous le régime de Saddam, tandis qu’au Royaume-Uni, le ‘Foreign and Commonwealth Office’ a inclus les crimes du régime contre les femmes dans son dossier sur les violations des droits de l’homme en Irak. En outre, les gouvernements occidentaux ont aidé à l’organisation de nombreux ateliers, séminaires, conférences et programmes de formation pour les femmes sur la démocratie et les droits de l’homme, en particulier dans la période initiale après l’invasion. En 2003, les États-Unis ont alloué 27 millions de dollars à des programmes pour les femmes, qui ont été utilisés en partie pour des conférences nationales de femmes et pour soutenir les organisations de femmes nouvellement créées qui ont à la fois soutenu l’intervention coloniale dans le pays et promu une compréhension des « droits des femmes » d’un point de vue laïque parmi les femmes irakiennes. Nombre de ces groupes ont travaillé activement pour que la voie à suivre pour l’Irak passe par une constitution laïque et que l’Islam soit tenu à l’écart de l’État, reflétant le mariage moderne entre le féminisme et le colonialisme dans le monde musulman.

Cependant, malgré tout ce discours sur les droits des femmes, les femmes irakiennes comme les femmes afghanes ont payé un lourd tribu à l’intervention occidentale dans le pays. Des centaines de milliers d’entre elles ont perdu la vie, leur famille et leur maison. Leur société s’est enfoncée dans un abîme de chaos, de violence et d’anarchie, ce qui a entraîné un grand nombre d’enlèvements, de viols et de meurtres. 9,5 millions d’Irakiens vivent aujourd’hui en dessous du seuil de pauvreté et le taux de pauvreté augmente encore. Des milliers de femmes irakiennes innocentes ont été maltraitées, torturées ou emprisonnées par les forces de sécurité du régime laïc soutenu par l’Occident pour leur soutirer des informations concernant des parents de sexe masculin soupçonnés d’être des insurgés. Tout cela révèle une fois de plus que les politiciens et les administrations occidentales ne se préoccupent pas sincèrement du bien-être des femmes irakiennes mais qu’ils exploitent plutôt le langage du féminisme pour garantir leurs intérêts politiques et pétroliers dans le pays.

Conclusion

Il y a donc eu un long mariage entre le féminisme et le colonialisme dans le monde musulman qui est aujourd’hui très vivant et fort. Les gouvernements occidentaux ont utilisé les droits des femmes et les idéaux féministes simplement pour poursuivre et promouvoir leurs intérêts coloniaux dans la région. Ils avaient notamment pour objectif de séculariser les systèmes et la culture des peuples en érodant leurs croyances islamiques, ainsi que de lutter contre la résurgence de l’Islam au sein des sociétés musulmanes – tout cela pour renforcer leur ancrage colonial dans la région.

Tous les discours et les initiatives de ces gouvernements à l’égard des femmes des pays musulmans ne tiennent donc pas vraiment compte du bonheur ou du bien-être des femmes musulmanes et n’apporteront rien de positif à leur vie. La relation intime que les gouvernements occidentaux actuels entretiennent avec les dictatures laïques et autres dictatures non islamiques du monde musulman, qui oppriment sans vergogne leurs femmes et les privent de leurs droits fondamentaux mais qui obéissent aux ordres de leurs maîtres occidentaux, en est une autre illustration. Par conséquent, les initiatives et les programmes féministes en jeu dans le monde musulman, qu’ils soient promus par des organisations de femmes, des régimes laïques ou des institutions telles que les Nations unies, contribuent simplement à la réalisation des plans coloniaux et renforcent leur contrôle sur la politique et l’économie des sociétés musulmanes. Cela inclut l’imposition de traités internationaux pour les femmes, tels que la CEDAW (acronyme en anglais, La Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes)dans nos pays, l’inscription dans les constitutions de l’idéal féministe occidental d’égalité des sexes, le soutien de codes laïques de statut personnel ainsi que la promotion du concept non islamique de « féminisme islamique ».

En outre, les mensonges coloniaux concernant l’oppression des femmes en vertu de la charia et du khilafah continuent d’être reproduits par des générations successives de dirigeants et d’hommes politiques occidentaux, produisant la haine et la peur de leur public et même des musulmans à l’égard de la domination islamique. Ils leur fournissent également une justification pour des interventions continues et futures dans le monde musulman. Les idéaux du féminisme doivent donc être rejetés aussi fermement qu’est combattu le concept du colonialisme dans nos pays musulmans. En outre, le récit historique dépassé de l’assujettissement des femmes sous la gouvernance islamique du Khilafah qui trouve ses racines dans un programme colonial visant à dominer le monde musulman et à lui voler ses ressources, devrait être jeté à la poubelle de l’histoire.

s 9: v32

Écrit pour le Bureau central des médias du Hizb ut Tahrir

Dr. Nazreen Nawaz

Partager:

Leave a reply