La da’wa à l’islam 4/5: la da’wa et sa pratique en Occident

1242
0
Partager:

Nous avons dans les textes précédents éclaircies que tout musulman doit obligatoirement œuvrer pour le rétablissement de l’État islamique (Al-Khilafah). Le Khilafah met en application la législation, elle doit être considérée par l’oumma comme la plus importante des obligations à suffisance (Fard kifaaya). Puisque actuellement, l’oumma n’a toujours pas rempli cette obligation, de l’existence d’un État islamique. Chaque musulman est donc obligé d’œuvrer pour le rétablissement de l’État islamique (Al-Khilafah) tout en continuant de remplir chacune de ses obligations individuelles qui lui incombent. Œuvrer pour une obligation à suffisance devient une obligation individuelle lorsque l’obligation à suffisance n’est pas accomplie.

Nous avons aussi éclairci qu’œuvrer actuellement pour le rétablissement de l’État islamique (Al-Khilafah) est la plus haute priorité de la da’wa à l’islam. La da’wa est définie comme appeler et inviter les gens à l’islam, ou bien de guider les gens vers la foi et la piété (l’imaan et la taqwa) et les écarter de l’incrédulité et du péché (le koufr et le foudjour). L’État islamique est l’instrument que le Messager ﷺ à utiliser pour faire résonner l’imaan et la taqwa dans le cœur des musulmans. L’État veille à ce que l’imaan et la taqwa aient une signification pratique dans la vie. Puisque Al-Khilafah applique la législation d’Allah ﷻ, les gens sont capables d’agir d’après leur imaan et leur taqwa, de suivre la législation dans tous les sujets de la vie. L’État islamique veille aussi à ce que l’imaan et la taqwa soient gardés structurellement élevés auprès des gens, pour cela il fournit l’éducation qui leur permet d’apprendre et de comprendre l’islam. Finalement, Al-Khilafah veille à ce que les gens n’aillent pas facilement dans l’erreur quand leur l’imaan et taqwa est faible, car Al-Khilafah rend le halal facile et le haram extrêmement difficile à réaliser. Par le biais de punitions dans cette vie, Al-Khilafah éveille aux gens la peur de commettre le haram. Al-Khilafah crée donc les circonstances qui font croître l’imaan et la taqwa et qui écartent le koufr et le foudjour. C’est précisément l’objectif de la da’wa à l’islam.

Vu que l’œuvre pour rétablir l’État islamique doit être le noyau de la da’wa à l’islam, nous devons rechercher comment porter cette da’wa en Occident. Bien qu’il y ait beaucoup de musulmans en Occident, la majorité des gens ne sont pas des musulmans. Il ne serait pas pratique d’essayer de rétablir l’État islamique en Occident, parce que la méthode pour rétablir l’État islamique est d’abord de former l’opinion publique pour rétablir l’État afin que les gens d’influence changent la forme de l’État, passant d’un État de koufr vers un État islamique (Al-khilafah). En Occident cette méthode nécessite que les non-musulmans deviennent d’abord musulmans. Ensuite, il faudrait spécifiquement œuvrer à leur expliquer la compréhension correcte de l’islam, puis leur expliquer de quelle manière l’Homme devrait vivre. Et enfin, il faudrait œuvrer spécifiquement à leur expliquer le fait que l’État islamique (Al-Khilafah) est obligatoire et nécessaire et qu’ils doivent donc le rétablir.

Alors que dans le monde musulman, la majorité des gens sont déjà musulman. Donc l’étape de « guider vers l’islam » peut être ignorée pour directement commencer par l’explication de la compréhension correcte de l’islam et l’obligation et la nécessité du rétablissement de l’État islamique (Al-Khilafah). Il est donc plus vraisemblable d’établir Al-Khilafah dans un pays du monde musulman. Pour cette raison, il n’est pas anormal qu’œuvrer pour le rétablissement du Khilafah se concentre sur les pays du monde musulman.

Est-ce que cela signifie qu’en Occident, il n’y a pas de da’wa à l’islam ? Sachant que la da’wa à l’islam est obligatoire à tout musulmans. L’exception est que la da’wa à l’islam en Occident doit tenir compte des circonstances particulières de l’Occident, que les musulmans y forment une minorité et qu’il ne domine pas la société. En plus les musulmans s’y sont engagés dans un pacte de sécurité (‘ahd al-amaan) . La conséquence en est que la da’wa à l’islam en Occident n’a pas comme objectif le rétablissement de l’État en Occident, mais de soutenir l’œuvre pour le rétablissement de l’État dans les pays du monde musulman. Ce que cela comporte pratiquement sera développé dans ce qui suit.

La da’wa à l’islam en Occident est une aide non-négligeable pour établir l’État islamique (Al-Khilafah)

La plupart des gens ici en Occident ne sont pas musulmans. Il n’est donc pas pratique et donc inconcevable de tenter de rétablir Al-Khilafah ici. Bien qu’il y ait de nombreux musulmans. Ils ne forment pas la majorité, même s’ils sont des millions. Ces musulmans ont des membres de leur famille et des connaissances la-bas, dans les pays musulmans. À travers les musulmans ici, les musulmans vivant la-bas peuvent donc être atteints. C’est une des raisons pour lequel la da’wa à l’islam doit aussi avoir lieu en ici, bien que l’État islamique doit être rétabli dans les pays musulmans. L’obligation du rétablissement du Khilafah et son importance ainsi que sa nécessité doit être éclaircie aux musulmans en Occident, pour que les musulmans ici informent de ce sujet leurs familles et leurs proches dans les pays musulmans. Et qu’ils les poussent à œuvrer dans le monde musulman, au rétablissement de l’État islamique (Al-Khilafah).

En plus, lorsque cet appel au rétablissement de l’État islamique (Al-Khilafah) aura une forte résonance en Occident, cela servira à renforcer l’appel au rétablissement du Khilafah dans les pays musulmans, où ils essaient d’accomplir cet objectif. Lorsque cet appel aura un écho fort en Occident, tellement fort que les médias occidentaux seront forcés d’en parler, cela mènera à ce que cet appel pénètre les anciennes terres de dar islam. Ce qui est une nouvelle à Washington, Londres ou Paris est par définition une nouvelle à Istanbul, au Caire, à Damas, à Islamabad ou à Jakarta. L’appel au rétablissement du Khilafah par les musulmans en Occident peut donc provoquer la réalisation du Khilafah dans le monde musulman. Faire qu’Al-Khilafah est le sujet journalier des gens, comme la fait Moesab bin ‘oemayr qui a rendu la vie organisée par la législation de l’islam, qui en a fait un sujet journalier chez les gens de Yathrib (Médine). Afin d’apporter la vérité sur l’État islamique, son obligation et sa nécessité, pour que ce soit éclaircie a l’egard des gens.

Finalement, il va de soi que, lorsque l’appel au rétablissement du Khilafah a une forte résonance dans l’oumma en Occident, cela motivera l’ensemble de l’oumma pour œuvrer à rétablir l’État islamique. Cela écartera le doute démotivant auprès des musulmans, le doute qui surgit à cause des pensées comme « lorsque nous établirons le Khilafah dans un des pays du monde musulman, est-ce que le reste des musulmans nous soutiendrons ? ». Lorsque l’appel au rétablissement du Khilafah a de l’écho, cela clarifiera au monde musulman que même les musulmans en Occident souhaitent le retour du Khilafah. Qu’en est-il alors des musulmans qui vivent dans le monde musulman ? Cela fera réaliser au monde musulman que les musulmans en occident les regardent et sont dans l’attente qu’ils se précipitent à rétablir Al-Khilafah et que leurs frères et leurs sœurs en occident invoquent nuit et jour Allah ﷻ pour les aider atteindre ce but. N’est-ce pas une grande force de motivation ?

La da’wa à l’islam en Occident doit donc appeler au rétablissement du Khilafah dans les pays musulmans. Cette forme particulière de la da’wa à l’islam, qui prend en compte les circonstances des musulmans en Occident, peut contribuer de manière significative à l’objectif de la da’wa à l’islam dans les pays du monde musulman.

Les défis spécifiques pour la da’wa à l’islam en Occident

La da’wa à l’islam, qui est de guider les gens vers la foi et la piété et les écarter de l’incrédulité et du péché, est le contraire de ce qui a lieu couramment dans les sociétés en Occident. Les sociétés occidentales sont des endroits par excellence où les gens vont de la foi et de la piété, vers l’incrédulité et le péché. Les idées dominantes en Occident mènent les gens vers l’égoïsme, le matérialisme et l’arrogance.  Cela signifie que les musulmans qui vivent en Occident sont beaucoup plus exposés aux influences des idées occidentales, qui pousse leur foi et leur piété, vers le l’incrédulité et le péché. Les circonstances générales, en Occident, œuvrent ainsi contre l’islam.

En dehors de cette circonstance générale, il s’y trouve aussi une circonstance particulière. Les gouvernements en Occident œuvrent activement afin d’empêcher leurs citoyens de se faire influencer par l’islam. Leurs raisons sont au fond les mêmes que ceux des Qoraish lorsqu’ils contrèrent le Messager d’Allah ﷺ. Les leaders de Qoraish avaient peur du tawheed (monothéisme islamique) pour leur commerce, qui utilisait le polythéisme. Les gouvernements en Occidents ont actuellement peur que la fraternité et la justice islamique mettront en péril leurs aventures coloniales à travers le monde. Ils essaient donc de contrer l’islam et ils utilisent à cette fin dans les grandes lignes les mêmes tactiques que celles qui sont utilisés par les Qoraish à l’époque du Messager ﷺ à la Mecque.

Les Qoraish essayèrent en première lieu d’empêcher les gens d’écouter le Messager ﷺ. Ils propagèrent des mensonges à l’égard de l’islam et du Messager d’Allah ﷺ. Abou Lahab, par exemple, poursuivait le Messager ﷺ sur le marché lorsqu’il invita les gens à l’islam. Abou Lahab dit alors aux gens qui vinrent en contact avec le Messager ﷺ : « certes, il a délaissé sa religion et il est un menteur » (rapporté par Ahmed). Et le Coran nous informe que Al Walid bin Al Moughira annonça que le Messager ﷺ était un magicien et qu’il inventa lui-même le Coran:

Puis il a dit: «Ceci (le Coran) n’est que magie apprise. Ce n’est là que la parole d’un humain». (S.74 v. 24-25)

Les gouvernements en Occident tentent également d’afficher un portrait négatif de l’islam, entre autres par le biais de la propagande : « le combat contre la terreur ».

Les Qoraish tentèrent aussi de décourager les gens à devenir musulmans en organisant un boycott sur les musulmans. Ils se mettent d’accord de ne plus donner leurs filles en mariage à des musulmans et de ne plus faire de commerce avec des musulmans. Les gouvernements actuels en Occident tentent également de décourager les gens de trop se préoccuper de l’islam. Ils mettent en avant des obstacles sur le sentier et l’acquisition des biens du bas monde aux musulmans pieux, comme l’interdiction du port du hijab dans l’éducation ; ce qui rend l’éducation inaccessible pour la musulmane pieuse. En développent aussi de grandes craintes dans la société dans chaque chose qui rappelle l’islam, pour lequel le marché de l’emploi devient en réalité inaccessible pour le musulman pieu.

En même temps que la campagne de diabolisation et d’oppression sur les musulmans, les Qoraish tentèrent d’inviter le Messager ﷺ vers de grand intérêt mondain. Ils lui offrirent le leadership de la Mecque, les plus grandes richesses et les plus belles femmes, à condition qu’il cesse la da’wa à l’islam (Ibn Ishaq). Cette politique est également appliquée par l’Occident. Ils offrent à chaque musulman, qui est prêt à quitter la da’wa, à accepter la réalité en place, à ne plus appeler au changement de cette réalité, à ne plus être en correspondance avec les ordres et les interdictions d’Allah ﷻ, des positions de richesses et de noblesse. Comme le poste de président d’une association nationale ou de professeur dans une université. Ils offrent des postes aux musulmans par le biais de la participation à la gouvernance démocratique, pour lesquels ils suffisent aux musulmans de se distancer des idées essentielles de l’islam, tel que l’idée que le jugement peut être porté exclusivement que par Allah ﷻ non pas par l’homme:

Dis: «Je m’appuie sur une preuve évidente de la part de mon Seigneur, et vous avez traité cela de mensonge. Ce (le châtiment) que vous voulez hâter ne dépend pas de moi. Le jugement n’appartient qu’à Allah: Il tranche en toute vérité et Il est le meilleur des juges. (s. 6, v.57)

Une autre tactique dont se munissent les gouvernements en Occident dans le combat contre l’islam, et qui peut être retracée chez les Qoraish, est en réalité la tactique de « l’intégration » et de la « déradicalisation ». Par le biais de « l’intégration », ils essaient de donner un justificatif aux musulmans afin de constituer un nouvel islam, un Islam Européen. Un islam nouveau qui adopte les idées occidentales comme la séparation du dine et de l’état et qui accepte la liberté individuelle et en échange rejette les idées islamiques comme la soumission complète à Allah ﷻ dans toutes choses. En échange les musulmans reçoivent l’acceptation totale dans les pays occidentaux et des efforts des gouvernements afin de mettre fin à la discrimination. Par le biais de la « déradicalisation » ils tentent de faire croire aux musulmans que l’islam traditionnel accepte les idées occidentales essentielles comme la séparation de « l’église de l’état » et la liberté individuelle, et que les idées purement islamiques comme la soumission à Allah ﷻ en toute chose ne font pas parties de l’islam originel et traditionnel. Et faire que les musulmans acceptent l’islam européen comme étant l’islam traditionnel.

Dans le monde musulman, les gouvernements utilisent les mêmes tactiques contre islam mais l’utilisation en est différente que celle des gouvernements occidentaux. La raison en est que les musulmans en Occident sont une petite minorité, contrairement au monde musulman où ils sont en majorité. En Occident ces tactiques sont utilisés afin de motiver la majorité à percevoir et traiter les musulmans comme des citoyens de seconde classe, et de laisser les musulmans se sentir comme des citoyens de seconde classe. C’est en donnant en pratique l’image à tout musulman qui refuse de rejeter l’islam originel d’être un extrémiste, un radical, une personne stupide, violente et intolérante. Les gouvernements dans le monde musulman ne peuvent le réaliser en utilisant les mêmes tactiques. Dans le monde musulman, si le gouvernement poursuit les musulmans pieux en raison de leur islam, au lieu d’être diabolisé, ils vont leur faire gagner du respect dans la société. Pour cette raison, ces tactiques dans les pays occidentaux ont un plus grand potentiel que dans le monde musulman, parce que les gens sont sensibles à la menace d’être réduit à des citoyens de seconde classe.

Les circonstances générales et spécifiques de l’Occident œuvrent à l’encontre de l’islam et éloignent de la foi et de la piété, et guident vers l’incrédulité et le péché, plus que dans le monde musulman. Outre le fait que les musulmans en Occident sont une minorité, cela rend la situation par rapport à la da’wa de l’islam unique.

C’est un aperçu important, car la Da’wa à l’Islam en Occident ne peut pas soutenir la Da’wa à l’Islam dans les pays musulmans si la situation de l’islam parmi les musulmans en Occident n’est pas saine. Si les musulmans en Occident ne comprennent pas l’islam correctement, il ne faut pas s’attendre que leurs familles et leurs connaissances dans le monde musulman mettent en œuvre pratiquement l’Islam. Au contraire, si les musulmans en Occident ne comprennent pas l’islam correctement, alors ils deviennent un outil entre les mains de ceux qui travaillent contre l’Islam. Les ennemis de l’Islam utiliseront les musulmans en Occident pour changer l’islam dans le monde.

Le défi spécifique pour la Da’wa à l’Islam en Occident est donc de garder l’Islam sain dans un environnement extrêmement malsain pour l’Islam, qui est l’Occident. Afin que le bon potentiel des musulmans en Occident soit effectivement utilisé pour le bien, qui est de soutenir la Da’wa à l’Islam dans le monde musulman.

La da’wa en Occident : affronter les conditions générales et spécifiques

Si la communauté musulmane ne fait pas des efforts actifs visant la population en général, et leur propre jeunesse musulmane en particulier, afin de les conduire à la foi et la piété et les éloigner de l’incrédulité et du péché, il cèdera la place aux idées occidentales à la population en général, et de leur propre jeunesse musulmane en particulier. Ce qui risque de les conduire à l’incrédulité, au péché et à l’éloignement de la foi. L’influence sur la communauté musulmane par les idées occidentales erronées sera inévitable et constante, ce qui finira par éloigner les musulmans en Occident de l’Islam. Tout comme les juifs et les chrétiens qui se sont égarés du message d’Allah ﷻ que les Messagers (‘rs) leur ont apporté. L’Islam des musulmans en Occident deviendra alors complètement corrompu à tel point que le véritable islam ne sera pas trouvé dans les musulmans.

Cette influence sur les musulmans des idées occidentales, qui pousse à l’incrédulité et au péché, sera d’ailleurs renforcée par le fait que les musulmans ne se rendent pas compte qu’ils sont menacés et influencés par ces idées et ces conceptions erronées. En d’autres termes, s’ils ne prennent pas garde au processus d’influence par les idées occidentales de l’incrédulité et du péché, ou qu’ils ne réalisent pas que les idées occidentales d’influence appellent à l’incrédulité et au péché, ils seront utilisés pour diviser et pour semer le trouble dans l’oumma.

Que la da’wa à l’islam ait aussi lieu en Occident est pour cette raison de la plus grande importance, bien que l’appel au rétablissement de l’État islamique est exclusivement focalisé dans le monde musulman et non pas sur l’Occident. En Occident il faut appeler à la foi et à la piété et à s’éloigner de l’incrédulité et du péché, parce que sinon l’incrédulité et le péché deviendront plus fort en influence sur les gens que la foi et la piété. La da’wa est donc également d’importance en Occident, afin de protéger l’islam des musulmans en Occident. Et cela est donc nécessaire afin de protéger la da’wa à l’islam dans le monde musulman.

La tâche du da’i à l’islam en Occident est donc d’éclaircir aux musulmans la différence entre les idées de l’islam et les idées de l’Occident; que dans les sociétés occidentales les idées de l’islam et les idées de l’Occident sont en concurrences pour l’influence sur les gens; et que les musulmans doivent œuvrer, qu’ils se laissent influencer exclusivement par les idées de l’islam car ceux-ci guident la foi et la piété, tandis que les idées de l’Occident mènent vers l’incrédulité et le péché. En pratique cela signifie que le porteur de la da’wa eici doit élaborer des activités qui communiquent le conflit entre les idées de l’islam et les idées de l’Occident vers la société en général et vers les musulmans en particulier. Et qui simultanément communique la véracité des idées de l’islam et la fausseté des idées de l’Occident à la société en général et aux musulmans en particulier. Cela peut être fait en organisant des activités comme des conférences dans des mosquées, des écoles et des universités ; la publication de journaux et de magazines qui ont une perspective islamique ; ou la mise en place de radio, de télévision islamique.

Le porteur de la da’wa en Occident doit éclaircir aux musulmans que les gouvernements travaillent activement afin de changer l’islam. Par conséquent, ils tentent d’induire en erreur les musulmans vers une compréhension erronée de l’islam. Pour atteindre les musulmans avec cette information importante, le porteur de la da’wa doit aussi organiser les activités évoquées au-dessus comme entreprendre des sujets dans les mosquées, des conférences dans les écoles et les universités, la publication de journaux et de magazines avec une perspective islamique, la mise en place de télévision et de radio islamique. En plus, le porteur de la da’wa ici doit soutenir les musulmans afin qu’ils puissent distinguer la compréhension correcte de l’islam de celle qui est erronée. Pour cela les idées de l’islam doivent être clairement définies, afin que chacun puisse reconnaître ce qui en fait partie et ce qui se trouve en dehors. Le porteur de la da’wa peut faire cela pour les musulmans, ou il peut être les yeux de l’oumma qui veille lorsqu’une idée se présente comme islamique, mais qu’en réalité elle ne l’est pas, il l’attaque afin de dévoiler sa réalité. Mais il doit également organiser des activités afin d’éduquer les musulmans dans les sciences de l’islam afin qu’ils puissent eux-mêmes reconnaître les véritables idées de l’islam des fausses et par ce biais garder ainsi leur islam épuré. Le porteur de la da’wa à l’islam ici doit pour cette raison approfondir ces propres connaissances des sciences de l’islam, comme oesoel al-fiqh (les fondements du fiqh qui est la méthodologie utilisée par les savants de l’islam) , ‘ilm al coran (les sciences du Coran) et asbab an-noezoel (la science sur les circonstances de la révélation du Coran), ‘ilm al hadieth (la science nécessaire afin de définir et de comprendre la sounna du Messager d’Allah ﷺ). Tout cela est indispensable pour le porteur de la da’wa en ici s’il veut pouvoir fonctionner comme un leader et un éducateur pour ses frères et sœurs musulmans.

Finalement c’est sur les épaules du porteur de la da’wa à l’islam ici que repose la responsabilité de motiver les musulmans à se tenir fermement à l’islam, même lorsque ceci leur est rendu difficile. Il doit leur rappeler du fait que c’est Allah ﷻ qui éprouve l’Homme, entre autres, par le biais des ennemies de l’islam.

« Est-ce que les gens pensent qu’on les laissera dire : «Nous croyons !» sans les éprouver? Certes, Nous avons éprouvé ceux qui ont vécu avant eux ; [Ainsi] Allah connaît ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent. » (s. 29, v.2 – 3)

Le porteur de la Da’wa à l’islam ici doit rappeler aux musulmans le fait que laisser la loi de l’islam au profit de la dounia suscite la colère d’Allah ﷻ. Et qu’Allah ﷻ soutiens justement ceux qui se tiennent dans des circonstances difficiles à Sa ﷻ Loi:

« Et quiconque craint Allah, Il Lui donnera une issue favorable, (2) et lui accordera Ses dons par [des moyens] sur lesquels il ne comptait pas. Et quiconque place sa confiance en Allah, Il [Allah] lui suffit. Allah atteint ce qu’Il Se propose, et Allah a assigné une mesure à chaque chose. » (s. 65, v. 2 – 3)

Il doit aussi rappeler aux musulmans que les ennemis de l’Islam sont essentiellement pragmatiques. S’ils pensent qu’ils peuvent changer les musulmans par la persécution des musulmans, alors ils vont le faire. Et s’ils pensent que la persécution des musulmans ne va toujours pas les changer, ils vont cesser. Celui qui se soumet à la persécution suscite donc encore plus de persécution sur lui-même, alors qu’Allah ﷻ dit:

« Ne vous laissez pas battre, ne vous affligez pas alors que vous êtes les supérieurs, si vous êtes de vrais croyants. » (s.3, v. 139)

 

La pression sur le porteur de la Da’wa en l’Occident et que faire face à ces défis

Il est inévitable que le porteur de la Da’wa ici en réponse à son engagement connaîtra des pressions pour arrêter ses activités, tant au sein de la communauté musulmane et au-delà. Cela est certainement le sort de tous ceux qui affrontent des idées fausses afin de promouvoir les bonnes idées. Pour cette raison Waraqa bin Naufal, qui était le cousin paternel de Khadîja (ra), qui avait embrassé le christianisme aux temps antéislamiques. À cette époque, il était âgé et était devenu aveugle : dit au Messager d’Allah ﷺ, après que ce dernier lui avait dit qu’il ﷺ avait reçu un message d’Allah ﷻ : « Plût à Allah que je fusse jeune en ce moment ! Ah ! Comme je voudrais être encore vivant à l’époque où tes concitoyens te banniront ! » Le Messager d’Allah ﷺ a demandé : «Ils m’exileront donc? » « Oui, reprit Waraqa jamais un homme n’a apporté ce que tu apportes sans être persécuté ! Si je vis encore en ce jour-là, je t’aiderais de toutes mes forces » (Bukhari). La raison pour laquelle le porteur du Da’wa ici connaîtra exactement ce que les messagers et leurs compagnons (ra) ont connu est qu’ils présentent la vérité comme une alternative à la fausseté alors que la majorité des gens l’ont accepté dans leur environnement. Cela laisse le mensonge sans arguments et donc le mensonge utilisera d’abord les moyens de pression sociale, et essayera plus tard la contrainte physique pour faire taire les prédicateurs de la vérité.

Le porteur de la Da’wa à l’Islam ici ne doit pas céder à cette contrainte et arrêter la Da’wa à l’Islam, parce que s’il le fait alors il serait trop facile aux idées occidentales de conduire la population en général, et la propre jeunesse musulmane en particulier, à la mécréance et au péché, loin de iman et taqwa. Et ce serait un échec.

Il ne doit pas penser qu’il peut contrecarrer la mécréance et le péché avec une méthode autre que les confrontant avec la foi et la piété. Il faut se rappeler cette parole d’Allah ﷻ :

« Ni les Juifs, ni les Chrétiens ne seront jamais satisfaits de toi, jusqu’à ce que tu suives leur religion. – Dis : ‘Certes, c’est la direction(1) d’Allah qui est la vraie direction’. Mais si tu suis leurs passions après ce que tu as reçu de science, tu n’auras contre Allah ni protecteur ni secoureur. » (s. 2, v. 120)

Un compromis entre la mécréance et le péché d’une part et la foi et la piété de l’autre, ne peut pas et ne devrait pas être atteint quelles que soient les pressions exercées. Un tel compromis ne fera que rapprocher la foi et la piété de la mécréance et du péché, et non pas faciliter l’accès à la foi et de la piété dans l’oumma. Un tel compromis ne fera finalement pas disparaître la pression sur le porteur de la Da’wa à l’Islam ici. Parce que, après le compromis initial de la pression émergera sur lui pour faire un nouveau compromis, afin de rapprocher la foi et la piété encore plus de la mécréance et du péché. Cette pression va continuer et continuer, et va seulement s’arrêter lorsque le porteur de la Da’wa à l’Islam en Occident renonce complètement à « La ilaha illallah Muhammad rasoul allah».

En situation de pression intense qui se posera inévitablement en réponse à la confrontation du mensonge avec la vérité, organisée par le porteur de la Da’wa à l’Islam, il doit juste continuer à faire ce qu’Allah ﷻ lui a ordonné :

« Que soit issue de vous une communauté qui appelle au bien, ordonne le convenable, et interdit le blâmable. Car ce seront eux qui réussiront. » (s. 3, v. 104)

Il doit continuer de dire la vérité, même si certaines personnes prennent offense à cela.

« Ô les croyants ! Observez strictement la justice et soyez des témoins (véridiques) comme Allah l’ordonne, fût-ce contre vous-mêmes, contre vos père et mère ou proches parents …» (s.4, v.135)

Il doit rester ferme :

« Ô les croyants ! Soyez endurants. Incitez-vous à l’endurance. Luttez constamment (contre l’ennemi) et craignez Allah, afin que vous réussissiez ! » (s. 3, v.200)

Il ne doit pas être affligé par la pression sur lui pour cacher la vérité :

« Que ce qu’ils disent ne t’afflige pas. La puissance toute entière appartient à Allah. C’est Lui qui est l’Audient, l’Omniscient » (s. 10, v. 65)

Il doit garder le tawakkoel (confiance) en Allah ﷻ est être certain qu’Il ﷻ est avec lui et va l’aider :

« Allah soutient, certes, ceux qui soutiennent (Sa Religion). Allah est assurément Fort et Puissant. » (s. 22, v. 40)

Il doit trouver le courage dans le savoir que la victoire finale sera pour lui et la vérité :

« Par le Temps ! L’homme est certes, en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance.» (s. 103)

« Et dis : ‘La Vérité (l’Islam) est venue et l’Erreur a disparu. Car l’Erreur est destinée à disparaître’ » (s. 17, v. 81)

 

Partager: