La violence policière: symptôme de la crise existencielle du capitalisme.

343
0
Partager:

En plein débat sur la loi sur la sécurité globale, les images de l’agression brutale et raciste de Michel Zecler par trois policiers français, quelques jours après une intervention violente des forces de l’ordre sur la place de la République; relance le débat sur la brutalité policière en suscitant de tumultueuses réactions.1 

Dans le monde occidental, qui se proclame défenseur des libertés et de la démocratie, la brutalité policière est devenu pratique courante depuis quelques décennies. Il y a peu de différence entre un État policier et la démocratie «libre» dans les sociétés où nous vivons.

Avec la montée de l’extrême droite, la classe politique qui est de plus en plus marqué par le populisme, envoie des messages confus. D’un côté, nous les trouvons affirmer du bout de la langue leurs dévouement pour les libertés et la primauté du droit, pour apaiser le segment libérale de la société; tout en envoyant des signaux à la droite d’une extrémité a l’autre pour ne pas être dérouter dans la course au populisme. L’idéologie a été abandonnée au profit du populisme à court terme, il n’est donc pas surprenant que la boussole morale de la société ne sache pas quelle direction indiquer.

Les libertés laïques et les droits de l’homme sont construits sur une base intellectuelle si fragile qu’ils sont difficiles à justifier et si faciles à mettre de côté. Dire que le tissu intellectuel et moral des sociétés laïques se déchire aux coutures n’est pas un euphémisme.

Les justifications pour le renforcement des lois sécuritaires sont devenues similaire à ceux utilisé par les dictateurs pour défendre leurs politiques draconiennes. Cependant ces régimes ne prétendent pas être quelque chose qu’ils ne sont pas et ne cherchent pas à promouvoir leurs valeurs à l’étranger.

La promotion active de la démocratie laïque à l’étranger tout en l’abandonnant simultanément à la maison, est une hypocrisie effrontée. L’Occident a perdu son leadership moral pour prêcher aux pays dans le reste du monde.

Les musulmans qui adoptent l’islam comme idéologie ne subiraient pas une telle crise existentielle, car son crédo et les solutions qui émanent de celle-ci en réponse aux problèmes de la vie ne sont pas en contradiction les unes avec les autres, comme c’est le cas avec la laïcité et ses libertés. La polarisation accrue des sociétés occidentales ne fait qu’exposer l’échec de l’idéologie laïque à gérer les affaires de la vie, il est donc temps pour les musulmans de montrer au monde l’idéologie islamique comme une véritable alternative.

L’équipe de La Pensée Islamique

03/12/20

Partager:

Leave a reply