L’OTAN à la recherche de pertinence

331
0
Partager:

La première rencontre entre l’Europe et les États-Unis a eu lieu récemment lors du sommet de l’OTAN à Bruxelles. Après que Donald Trump ait critiqué l’Europe pour ne pas avoir activement agi dans l’alliance transatlantique, les relations ont atteint le fond entre les alliés. Joe Biden, désormais le nouveau président américain, a tenu à présenter un nouveau front pour les relations et les alliances américaines et à raviver l’alliance de sécurité transatlantique comme étant un élément clé de sa stratégie post Trump. Mais l’OTAN lutte depuis des décennies pour se redéfinir et il est peu probable qu’elle puisse y parvenir avec la situation mondiale actuelle.

L’OTAN a joué un rôle clé dans l’intégration des capacités militaires américaines et européennes pendant la guerre froide. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le continent européen a été dévasté par la guerre à l’échelle de soncontinent. L’Union soviétique est devenue une puissance et ses frontières se sont déplacées jusqu’à Berlin en Allemagne. L’Europe était en ruines et n’était pas en mesure de se défendre contre des milliers de chars soviétiques qui avaient les yeux rivés surtout à l’ouest de Berlin et c’est cette réalité qui a conduit les États-Unis à fournir la garantie de sécurité à l’Europe pour s’assurer que le continent européen ne devienne pas communiste. Jusqu’en 1991, l’objectif de l’OTAN était clair, l’ennemi était clair et les capacités militaires, la doctrine opérationnelle et la stratégie étaient très claires. Chaque nation européenne était claire dans son rôle contre le communisme.

Depuis l’effondrement de l’Union soviétique en 1991, l’OTAN souffre d’une crise d’identité. L’élimination de la menace militaire soviétique a rendu l’OTAN redondante et malgré l’implication de l’alliance dans la guerre des Balkans, elle reste une alliance sans véritable ennemi ni but. Dans les années 1990, la Seconde Guerre mondiale comptait plus de quatre décennies d’histoire et l’Europe ne voyait pas la nécessité de continuer à maintenir de grandes forces militaires dans l’alliance transatlantique contre la Russie. Dans les années 1990, l’Europe ne dépendait pas des États-Unis comme dans les années 1950 et, par conséquent, plus d’argent a été consacré au développement de forces armées nationales à des fins de sécurité nationale plutôt qu’à leur inter-opérabilité avec la structure de l’alliance. Les années 1990 ont également vu le traité de Maastricht unifier l’Europe et, en tant que bloc, elle est venu défier les États-Unis sur le plan économique. L’Europe n’a pas vu la pertinence de l’OTAN dans le monde post-soviétique et cela peut être vu dans ses dépenses militaires en baisse.

L’Europe a également considéré la Russie très différemment de la façon dont elle l’avait vue pendant la guerre froide. Pendant deux décennies après 1991, l’Europe de l’Est s’est ouverte à l’Europe et l’UE s’est élargie pour intégrer autant d’anciennes républiques soviétiques que possible dans l’UE. La Russie représentait peu de menace et certaines nations comme l’Allemagne dépendaient des relations énergétiques avec Moscou. Même aujourd’hui, la Russie ne ressemble en rien à l’Union soviétique étant beaucoup plus faible. La principale stratégie de la Russie en Europe n’est plus l’Armée rouge mais la guerre hybride comme le soutien aux partis de droite, la cyberguerre/cybercriminalité et la désinformation. Cette stratégie est une reconnaissance par Moscou de ses capacités limitées.

Au fil des décennies, les différences entre l’Europe et les États-Unis se sont accrues. Le gazoduc Nord Stream 2 a créé des divisions entre les nations européennes autant qu’il l’a fait avec les États-Unis. Les États-Unis cherchent maintenant à remplacer l’Union soviétique par la Chine comme principal ennemi de l’alliance et ici, l’Europe et les États-Unis ne sont pas sur la même longueur d’onde. La Chine n’a pas de frontières ni d’eaux avec l’Europe et présente donc peu de risques pour le continent européen et offre également de nombreux avantages économiques en matière de commerce, de technologie et d’investissement direct étranger (IDE). Alors que l’Union soviétique représentait une menace immédiate pour la sécurité, la Chine est de l’autre côté de l’Eurasie en ce qui concerne l’Europe. La Chine offre à l’Europe une technologie que l’Union soviétique n’a jamais été en mesure d’offrir et c’est pourquoi les États-Unis ont du mal à obtenir une coopération européenne contre la Chine.

À bien des égards, l’OTAN est une organisation qui a été créée pour une époque, celle-ci remontant au siècle dernier. Les États-Unis affrontent actuellement la Chine principalement dans le domaine économique et l’OTAN n’a jamais été une alliance économique et c’est pourquoi les États-Unis auront du mal à faire en sorte que l’Europe réponde à ses besoins de financement contre la Chine, qui ne considère pas la Chine comme une menace militaire. L’OTAN a longtemps été l’outil utilisé par les États-Unis pour aligner l’Europe sur elle, aujourd’hui cet outil manque de contexte pour jouer le même rôle, malgré les grandes déclarations et divers communiqués.

Écrit pour le Bureau central des médias de Hizb ut Tahrir par Adnan Khan

Partager:

Leave a reply